Régions

URBANISME COMMERCIAL Une épine dorsale le long de la Sarre

Mots clés : Collectivités locales - Rénovation urbaine - Urbanisme commercial

De l’entrée de gamme au grand luxe, l’offre commerciale de Sarrebruck place déjà l’agglomération parmi les grands pôles d’attraction régionaux au même titre que Metz, Nancy, Trèves, Luxembourg ou Mannheim. La reconfiguration de la Berliner Promenade, qui débutera ce printemps, posera les jalons d’un vaste plateau piétonnier reliant les bords de Sarre, la rue de la Gare et le marché Sankt-Johannes. Jadis très prisée, la Berliner Promenade, qui longe la Sarre, a vu habitants et commerces refluer à mesure qu’augmentaient les nuisances sonores de l’autoroute urbaine bordant l’autre rive. L’activité s’est reportée sur la rue de la Gare, piétonnière depuis dix ans, qui constitue aujourd’hui l’artère la plus commerçante de ­Sarrebruck.

Lancé par la ville courant 2004, un concours d’idées a abouti mi-2006 au choix de quatre équipes d’architectes et d’urbanistes sarrebruckois, Lukas & Lukas, Krüger & Krüger-Birnbaum, Arge Focht, Shauss, Hepp & Zenner et Wandel Hoefer Lorch. La Berliner Promenade sera scindée en deux niveaux. La partie inondable abritera des parkings intégrés et des équipements de loisirs – bancs publics, pistes de skate et de roller et pistes cyclables. En face du pont Wilhem-Heinrich, un large escalier descendra jusqu’à la rivière. Au niveau supérieur, des commerces, restaurants et salons de thés constitueront une seconde promenade en balcon. Les trois ruelles qui relient les berges à la rue de la Gare seront couvertes et transformées en galeries commerciales. Cofinancé par la ville, le Land de Sarre, l’Etat fédéral et les fonds européens, le programme mobilisera un investissement de 18 millions d’euros d’ici à 2010.

Révision du plan d’occupation des sols

Ce projet de revitalisation, qui s’accompagne d’un programme d’assainissement et d’une révision du plan d’occupation des sols, a intégré dès son lancement la concertation et le dialogue avec les commerçants, les propriétaires fonciers et les riverains de l’hypercentre. Ce volontarisme a valu à Sarrebruck de figurer parmi cinq autres villes dans le programme fédéral Experimenteller Wohnungs – und Städtebau (ExWoSt). « Cette sélection parmi une trentaine de villes candidates apporte une impulsion supplémentaire en conférant à notre projet une dimension de recherche », souligne Monika Kunz, architecte, directrice de l’urbanisme de la ville de Sarrebruck et chef du projet Berliner Promenade.

Concomitant du projet public, l’investissement programmé par la banque Crédit suisse Asset Management dans les SaarGaleries apportera une touche finale à la reconfiguration commerciale de la ville. Peu fréquentées, car mal aménagées et enclavées à l’ouest de la gare, les galeries de 8 000 m2 sont reliées à l’ancienne direction des Houillères de la Sarre. Ce bâtiment, classé monument historique, conservera sa façade, ses mosaïques et son monumental escalier. Le projet, réalisé par le promoteur hambourgeois ECE, mobilise 100 millions d’euros pour 17 000 m2. Essentiellement dédié au textile et à la mode, le nouvel espace comportera une centaine de points de vente.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X