Technique et chantier

Une structure inspirée de l’origami

Mots clés : Produits et matériaux - Second oeuvre

Plier et découper une surface industrielle brute pour constituer des poches d’habitabilité sur quatre niveaux de plancher, tel a été le mode opératoire employé par l’architecte Jean-Pierre Lévêque dans cette ancienne manufacture du XIXe siècle située à Montrouge (Hauts-deSeine).

Indépendante du volume existant, la structure se donne à lire comme un origami (pliage de papier), procurant la sensation d’habiter dans des espaces différenciés. La dissociation entre l’existant et le nouvel aménagement est identifiée par deux tons, crème et blanc.

Fil ininterrompu de passerelles et d’escaliers

Les fonctions logées dans les méandres des différents niveaux sont desservies par des circulations verticales (escaliers) et horizontales (passerelles) conçues en un fil ininterrompu pour fluidifier le mouvement et éviter de revenir sur ses pas. Les matériaux participent au principe de continuité et de pliage de l’espace, ainsi le parquet en bois Maçanranduba de la chambre mezzanine se poursuit-il comme un reflet sur les parois murales en Moabi.

L’espace, compressé ou dilaté, enveloppe les personnes et englobe à 100 % les équipements ménagers qui peuvent disparaître derrière des panneaux coulissants.

Pour obtenir un tel résultat, la maîtrise d’ouvrage et le maître d’oeuvre ont progressé pas à pas, par le dialogue, en prenant les décisions en commun depuis la définition des espaces et leur cohérence jusqu’aux plus petits détails (dissimulation des prises électriques, des volets et autres tuyauteries).

MAITRISE D’OUVRAGE : Privée.

MAITRISE D’OEUVRE : Jean-Pierre Lévêque, architecte d’intérieur.

PRINCIPALES ENTREPRISES : Mazzier (maçonnerie gros oeuvre), Trouvellot (serrurerie), Lacourt (menuisier), HKL (Parquet).

SURFACE : 134 m2.

COUT : 150 000 euros HT.

PHOTO :

MONTROUGE. Appliqué à l’architecture d’un loft, l’art du pliage génère une succession d’espaces tantôt ouverts, tantôt fermés, dans lesquels sont logées les pièces à vivre. Un détail du système : le graphisme et la pureté des lignes de l’escalier.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X