Architecture Fondation Luma

Une seconde peau de laine minérale

Comment épouser une façade fragmentée en 11 500 parements d’inox sur 56 m de haut ? La structure unique de la tour de la Fondation Luma, à Arles (Bouches-du-Rhône), composée d’un noyau en béton autour duquel s’articule une charpente métallique, a éliminé d’office les complexes traditionnels d’isolation.

L’équipe de maîtrise d’œuvre, emmenée par Frank Gehry avec le relais de l’antenne française de Studios Architecture, a opté pour la projection sur site de laine de laitier à liant hydraulique sur la face intérieure des blocs d’inox qui supportent les parements.

Un choix technique inhabituel qu’Eiffage Métal, l’entreprise chargée du lot au sein du groupement mené par Vinci Construction, a fait valider en laboratoire par le CSTB. La principale crainte concernait l’apparition potentielle de condensation entre la laine et la tôle, qui aurait réduit l’adhérence de l’isolant...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5972 du 20/04/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X