Régions Yvelines

Une passerelle piétonne reliera Poissy à Carrières en 2022

Mots clés : Ouvrage d'art

Près de quatre-vingts ans après le bombardement du vieux pont de Poissy, en 1944, une passerelle dédiée aux piétons et aux cyclistes reliera de nouveau la ville à Carrières-sous-Poissy (Yvelines). Pour le Syndicat mixte d’aménagement, de gestion et d’entretien des berges de la Seine et de l’Oise (SMSO), maître d’ouvrage du projet (avec l’Epamsa comme mandataire), cette construction accompagnera le développement de deux secteurs en mutation. Dans chacune des deux villes, 4 000 logements sont prévus à terme. Côté Poissy, l’ouvrage mettra les Carriérois au pied du pôle gare qui doit être réaménagé avec l’arrivée d’Eole (en 2024) et du tram 13 Express. A l’autre extrémité, les Pisciacais accéderont aux 113 ha du nouveau parc du Peuple de l’herbe réalisé par le conseil départemental.

Nouvelles piles en béton architectonique. Parmi les trois équipes en lice, le jury a retenu le projet de l’agence belge Ney & Partners (ingénierie de structures et architecture) pour son parti pris « de surligner l’Histoire », explique Daniel Level, président du SMSO. D’une longueur de 300 m et d’une largeur de 5 m, la passerelle s’apparentera à un trait posé sur l’ancien pont, dont la datation est incertaine (XIIe ou XIIIe siècle). Les six piles du Moyen-Age épargnées par les bombes ne pouvant être réutilisées du fait d’une capacité de portance incertaine, de nouvelles piles en béton architectonique dotées de quadripodes en acier préoxydé supporteront le tablier métallique. Dans un second temps, le SMSO projette la réalisation d’une placette circulaire sur l’îlot Robinson (côté Poissy), reliée à la passerelle par des gradins, et la réouverture d’une anse (côté Carrières), évasement historique de la Seine comblé au XIXe siècle.

Le coût du projet s’élève à 20 M€ (dont 13 M€ pour la passerelle), financés par le département des Yvelines, la communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise et les communes de Poissy et Carrières-sous-Poissy. Le montage financier n’est pas encore bouclé. Le début des travaux est programmé pour 2019, et la livraison pour 2022. Le SMSO remettra l’ouvrage à la communauté urbaine, qui prendra en charge les 40 000 euros de maintenance annuels.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X