Architecture Reprise de charge

Une méthode en six temps forts

La création de la nouvelle gare sur la ligne E à La Défense sous le Cnit oblige, avant l’excavation des terres, à reprendre la charge de toutes les constructions hébergées sous le tripode de béton.

Une opération qui compte six étapes clés pour chacun des 119 poteaux existants (voir schéma ci-contre) :

3 Chaque poteau est préalablement décapé, puis percé de six trous horizontaux avant d’être renforcé d’une nouvelle enveloppe armée. Initialement, huit barres de précontrainte étaient prévues (comme indiqué dans le schéma). Après calculs, les équipes en charge du projet ont estimé que six barres de précontrainte étaient suffisantes.

4 Autour de chaque poteau, quatre groupes de quatre micropieux d’une profondeur de 10 m sont réalisés dans le sol. Ils supporteront un massif de béton de 1,2 m de côté et de 75 cm d’épaisseur.

5 Chaque poteau est moisé avec deux massifs de béton armé de 1,1 m de côté et de 60 cm d’épaisseur.

6 Cette nouvelle structure est ensuite rigidifiée par six barres de précontrainte boulonnées.

7 Une double structure métallique, composée de poutres de 1 m de hauteur, enserre les poteaux pour préparer le renvoi de la charge initialement reprise vers les quatre plots périphériques.

Chacun d’eux est équipé de vérins hydrauliques. Mis en action, ils permettent de scier le poteau de sa semelle et de démolir le massif en infrastructure. Chaque structure provisoire reprend environ 500 t.

Ce dispositif standard permet le report de charge sur la future dalle de couverture de la gare RER E.

8 Après la construction de la nouvelle dalle, les 119 poteaux du dernier niveau du parking du Cnit reposeront sur celle-ci et l’ensemble des superstructures de renforcement sera démonté.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X