Architecture Façades

Une identité préservée

Les chercheurs s’en souviennent encore, le système de climatisation de la Maison des sciences de l’homme produisait un « pschitt » exaspérant. A son inauguration, elle était en effet l’un des premiers bâtiments de Paris équipé d’un contrôle climatique total. Elle était donc totalement close, avec son enveloppe en double vitrage. La ventilation était assurée par des éjecto-convecteurs abrités dans des caissons métalliques. Toutefois, le système n’offrait pas un confort thermique suffisant et la rénovation a été l’occasion d’installer un dispositif de plafond rayonnant.

Nouveau double vitrage. Alors que la façade devait être rénovée, l’équipe de maîtrise d’œuvre « a eu rapidement l’intuition qu’elle ne se caractérisait pas uniquement par sa transparence mais aussi par l’épaisseur formée par les volets, les châssis, les coffres de climatisation… Il fallait conserver cette esthétique », explique l’architecte François Chatillon. Avec le concours du bureau d’études Roux Ingénierie, les 1 260 modules que représentent les châssis et les volets en aluminium perforé ont été déposés pour être nettoyés. Il ne s’agissait pas toutefois de rendre ces derniers comme neufs mais de leur conserver une certaine patine. Un nouveau double vitrage, plus performant, a été installé. Quant aux coffres, ils ont repris leur place et font désormais office de placards de rangement. Ce qui fait sourire certains chercheurs qui, depuis leur retour, voient dans la réinstallation de ces caissons une petite dose de « fétichisme ».

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X