Régions Romainville

Une ferme verticale poussera d’ici au printemps 2019

Mots clés : Établissements industriels, agricoles, ICPE

Longtemps terre agricole, Romainville (Seine-Saint-Denis) va renouer avec ses racines à la faveur de la construction d’une tour maraîchère. Les travaux devraient commencer en avril prochain pour s’achever un an plus tard.

Dès 2012, une étude de faisabilité menée par l’agence SOA Architectes, complétée en 2013-2014 par l’Inra, proposait de construire des serres sur les toits des immeubles HLM. Finalement, la production maraîchère aura son bâtiment dédié, réalisé sur une parcelle de l’OPH Romainville Habitat, maître d’ouvrage, au cœur du quartier Marcel-Cachin. Le concours de maîtrise d’œuvre restreint lancé en 2015 a été remporté par les agences d’architecture ilimelgo (mandataire) et Secousses (associée) avec les bureaux d’études Scoping et Etamine, l’agronome Terr’eau Ciel et le paysagiste Land’Act.

Cette ferme verticale se compose de deux ailes indépendantes, l’une de 24 m de haut et l’autre de 15 m, reliées par un belvédère en bois, espace d’accueil du public, qui offrira une vue sur les installations. De forme rectangulaire, à l’image des immeubles voisins, elles sont coiffées de toits à double pente. Ilimelgo, comme l’explique l’architecte Valérian Amalric, a opté pour la sobriété : « Nous avons voulu que ce bâtiment, qui n’a pas d’équivalent en Europe, fusionne l’industrie et l’agriculture, les deux activités traditionnelles de Romainville. »

1 000 m2 de cultures maraîchères. Le parti pris de répartir la production maraîchère sur deux ailes a permis de doubler les surfaces vitrées et de régler finement les altimètres pour réduire les ombres portées et favoriser ainsi le développement des cultures. Des écrans mobiles et thermiques limiteront les déperditions de chaleur la nuit en hiver et lutteront contre la surchauffe en été. Les calories produites par les serres serviront à la production d’eau chaude grâce à une pompe à chaleur et alimenteront le système de chauffage des bacs de culture.

Cet ensemble de 3 800 m² disposera de 1 000 m² de surfaces exploitables dont une champignonnière de 120 m² en sous-sol. Les rez-de-chaussée abriteront des espaces de réception, de vente, des ateliers de formation, une serre pédagogique. Ce projet représente un investissement de 4,8 M€ TTC.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X