Architecture et urbanisme

Une extension à cœur ouvert

Dans la Ville éternelle, Odile Decq articule existant et nouvelle extension au Macro (Musée d’art contemporain de Rome). Alors que l’établissement, en 1998, s’était déjà ouvert dans les anciennes glacières d’une brasserie, l’architecte française s’est emparée du reste de la parcelle pour lui offrir 10 000 m² supplémentaires édifiés entre des façades XIX e siècle, conservées parce que classées, et un corps de bâtiment préexistant. Les expositions se répartissent entre deux salles blanches, l’une de 1 200 m 2 et de 9 à 12 mètres de hauteur, l’autre de 560 m 2 . Le cœur du bâtiment porte mieux que jamais son nom : il s’agit d’un auditorium rouge vif en lévitation au-dessus du sol (il est posé en porte-à-faux). Habillé d’une coque de bois, couverte de résine, il se trouve au centre du foyer aux teintes noires, un espace en libre accès. Sans avoir à prendre de billets pour les expositions, les Romains peuvent y voir certaines œuvres et déambuler sur ses passerelles métalliques. De même, on peut gratuitement accéder à la toiture de 2 500 m², traitée comme une place publique. Couverte de basalte comme les trottoirs de la ville, elle a même sa fontaine centrale.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique

Maître d’ouvrage : Ville de Rome. Maître d’œuvre : Odile Decq et Benoît Cornette (ODBC), architectes, avec Burkhard Morass. Chef de projet : Giuseppe Savarese, avec Frédéric Haesevoets et Valeria Parodi. BET : Studio di ingegneria delle strutture, avec Batiserf (structure). AI Studio-AI Engineering (fluides, électricité, sécurité). Principales entreprises : Zètema (direction des travaux), Consorzio Cooperative Costruzioni (gros œuvre). Surface totale : 13 940 m 2 . Coût : 27 millions d’euros HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X