Architecture Enveloppe

Une double peau pour protéger la mémoire guyanaise

Mots clés : Béton - Bibliothèques, centres de documentation et de consultation d'archives - Bois - Établissements industriels, agricoles, ICPE

Bois et béton sont associés afin de préserver les archives locales des moiteurs du climat équatorial.

En bordure de Cayenne, l’antenne de la Maison des cultures et des mémoires de Guyane (MCMG) dédiée au stockage des archives et des réserves muséales du territoire, arbore désormais son emblématique habillage en bois. L’entreprise de charpente CBCI, une des filiales locales de Vinci Construction impliquées sur le chantier, a achevé fin octobre la pose de la double peau constituée de lames d’angélique, l’essence la plus utilisée pour la construction en Guyane. Ce réseau de vantelles a une double vocation, architecturale et technique : « La forme de l’enveloppe se rapproche de l’image du carbet, le bâtiment traditionnel guyanais coiffé d’une toiture à plusieurs décrochés, explique Olivier Charles, chargé du projet au sein de l’agence bordelaise D3 Architectes.

Les vantelles servent aussi à limiter les rayonnements solaires verticaux, particulièrement forts en zone équatoriale. » La préoccupation permanente du projet a été de réduire les effets du climat : une température moyenne annuelle de 26 °C et, surtout, un taux d’humidité grimpant jusqu’à 100 % à la saison des pluies. L’agence D3 a fait le choix de regrouper les magasins d’archives dans un monolithe en béton de cinq niveaux, véritable thermos composé d’un voile intérieur de 20 cm et d’un complexe isolant de 42 cm sur l’extérieur.

Entre ces deux parois, une zone de circulation d’air de 90 cm, dotée d’un système de refroidissement, constitue un « sas »...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5954 du 22/12/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X