Régions Clichy-la-Garenne

Une convention Anru pour résorber les îlots d’habitat dégradé

Mots clés : Financement du logement - Politique de la ville - Politique du logement

L’opération Anru de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), signée le 21 septembre et se montant à 182,5 millions d’euros (1), verra la construction ou la réhabilitation de 651 logements sociaux. Pas moins de sept bailleurs sociaux y concourent (2). « Ce projet s’articule principalement autour du traitement des îlots anciens et dégradés. Il va aussi permettre de développer les capacités de relogement et de créer de nouveaux équipements », souligne le maire, Gilles Catoire.

L’opération s’étend sur cinq secteurs, en entrée de ville et dans une partie du centre-ville. A l’intérieur de ce périmètre, l’habitat privé dégradé va céder la place au logement social. Au total, 329 logements privés et un foyer Adoma de 277 studios seront démolis. A la place, 462 logements sociaux seront reconstruits sur site (dont 133 logements Adoma) et 189 logements sociaux réhabilités. Vingt voies seront créées, des équipements dont une crèche et une école maternelle seront construits. L’école Victor-Hugo sera restructurée.

Diversification de l’offre

Cette opération Anru est incluse dans un vaste programme local de l’habitat (2008-2012) qui doit créer 2 000 logements dans la commune (1 500 neufs et 500 en acquisition-amélioration) répartis entre 40 % de logements sociaux (PLUS/PLAI), 20 % de locatifs intermédiaires (type PLS) et 40 % en acquisition. Au sein du périmètre Anru, il est prévu que la Foncière Logement réalise un immeuble de logements locatifs libres.
Par ailleurs, la TVA à 5,5 % et le prêt à taux zéro majoré, conjugués à des dispositifs d’aides aux opérations d’accession dans le périmètre de l’Anru ou à proximité, faciliteront l’accès à la propriété. Ce programme est placé sous le signe du développement durable avec une approche bioclimatique de l’architecture, ce qui réduira les charges.
La signature de la convention va permettre à Clichy, qui a toujours voulu résorber l’habitat insalubre, d’accélérer et d’achever d’ici à 2013 un processus enclenché en 2001 lorsqu’elle avait été retenue au titre des grands projets de ville.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) Financement des 182,5 millions d’euros : Ville (21,2 millions), Anru (27,2 millions), conseil général des Hauts-de-Seine (26 millions), bailleurs sociaux (34,2 millions), conseil régional (10,1 millions), valorisation foncière (62,9 millions).(2) Adoma, Clichy Habitat, Efidis, Fiac, France Habitation, Immobilière 3 F, Paris Habitat.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X