Actualité Poste fixe

Une centrale d’enrobage à fort taux de recyclés pour Strasbourg

La société alsacienne de recyclage des matériaux (Sarm), copropriété de Screg Est et Colas Est, est une plateforme de traitement des déchets de chantier située près de Strasbourg en bordure de Rhin. Pour aller encore plus loin dans la valorisation, elle a décidé d’enrober elle-même les granulats qu’elle récupère et, pour cela, vient de s’équiper d’un poste d’enrobage. Cette centrale, une Ammann Contimix 300 S-RAH, concentre toutes les vertus écologiques : brûleurs au gaz naturel (moins polluants que les brûleurs au fioul), production d’enrobés tièdes, filtrage et réintroduction des poussières, incorporation de matériaux recyclés. « La centrale compte deux tambours, l’un pour les granulats de carrière, l’autre pour du vieil enrobé provenant des chantiers, soit directement fraisé sur place à l’aide d’une raboteuse, soit apporté sous forme de croûtes que nous fragmentons, explique Didier Debunne, directeur matériel et maître d’œuvre du projet. Il est également possible de dériver le flux de matériaux en dehors des tambours pour fabriquer un enrobé à froid. Je pense qu’on nous en demandera de plus en plus. » Mais aujourd’hui, le chaud (160°) ou le tiède (110°) représentent la plus grosse partie de la production. Les agrégats sont donc chauffés à l’intérieur des tambours par les brûleurs dont la forme de la flamme fait l’objet d’une grande attention. Puis ils tombent dans un malaxeur à double arbre où ils sont mélangés à du bitume ou à de l’émulsion et, selon la formulation, à plusieurs adjuvants. « Le malaxeur fonctionne en continu. Le temps de malaxage se règle en contrôlant le degré d’ouverture de la trappe de sortie », explique Didier Debunne. Cadence nominale : 300 t/h. Le taux d’enrobés recyclés introduits dans le processus de fabrication peut monter jusqu’à 70 %. Mieux : il est possible de remplacer les 30 % de granulats neufs restant par des granulats issus du recyclage du béton. La Sarm en a fait l’expérience et a fabriqué un enrobé entièrement composé de matériaux recyclés. « Il n’y a pas d’impossibilité technique à fabriquer un enrobé 100 % recyclé. Le frein est plutôt psychologique et vient des clients qui préfèrent encore acheter un produit à base de matériaux neufs. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X