Actu

« Une cascade de 25 mètres au centre-ville de Nantes »

Au premier soir du Salon du végétal, du 19 au 21 juin prochain à Nantes, une conférence mettra en scène le Jardin extraordinaire, en partenariat avec Paysage Actualités. Jacques Soignon situe la portée de ce projet pour le rayonnement international de la ville et décrypte la stratégie de débitumisation de l’espace public nantais.

Pourquoi avoir choisi le “Jardin extraordinaire”, programmé pour 2022, comme thème de la contribution nantaise au Salon du végétal 2018 ?

Il s’agit d’un sujet majeur pour les prochaines années. Dès 2019, la plus grande cascade jamais réalisée dans un centre-ville, avec une chute de 25 m, marquera une première étape de l’aménagement de l’ancienne carrière de granit de Chantenay, préfigurant la construction de la sculpture géante de l’Arbre aux hérons, dont le poids de métal atteindra le tiers de celui de la tour Eiffel ! Depuis les années 2000, ce projet de l’artiste François Delarozière a suscité plusieurs hypothèses d’implantation. Dès son élection, la maire Johanna Rolland a choisi ce site autrefois promis à des opérations immobilières. L’agence nantaise de paysage Phytolab y tracera un lien vert entre le jardin des Oblates, en haut, et la Loire, en contrebas. Le Jardin extraordinaire donne corps à l’ambition municipale de placer les deux rives du fleuve au centre de l’agglomération. Jusqu’en 2022, nous profiterons du Salon du végétal pour faire rêver sur ce projet et le bonifier au fil du temps.

Dès 2019, la plus grande cascade jamais construite en centre-ville précédera la sculpture géante.

Le 19 juin, le rêve nantais se prolongera à Singapour et Séoul. Quels messages dans ce parallèle ?

Il me paraît important que le public puisse échanger avec des gens qui, dans le monde, ont déjà su modifier radicalement des espaces urbains. Nous en avons déjà fait l’expérience en 2017 avec Tim Smit et Gilles Clément. Outre les concepteurs de la transformation de l’autoroute qui surplombait Séoul en jardins et de Gardens by the Bay à Singapour, il faut aussi citer les Français Christine et Michel Péna, qui ont consacré une grande partie de leur œuvre aux jardins suspendus. Mieux que personne, ils savent parler de la convivialité au jardin.

Diriez-vous que les espaces verts contribuent à faire de Nantes une “ville-monde” ?

Savez-vous que le plus fréquenté des jardins nantais se trouve en Corée, à Suncheon [photo encadré page suivante] ? Conçu par l’intermédiaire de l’association Kore@ Nantes, il se situe dans un parc qui attire 2 à 3 millions de visiteurs par an. À Taïwan, l’association Nantes est un jardin contribue à la mise en réseau de nos forces vives autour de projets locaux et internationaux. En...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 409 du 16/05/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X