Régions Saint-Nazaire

Une bouée en béton pour la première éolienne en mer

Mots clés : Béton - Energie renouvelable

Cet été, le port de Saint-Nazaire devrait être le théâtre d’un spectacle digne du départ du « Harmony of the Seas », le plus gros paquebot au monde, en mai dernier. Si le chantier se déroule comme prévu, une éolienne d’environ 100 m de haut, installée sur un flotteur géant en béton, quittera le port pour être amarrée à 20 km au large du Croisic. Cette éolienne, qui sera la première à produire de l’électricité en mer en France, est aussi une des premières flottantes au monde. « L’éolien flottant est l’avenir de l’éolien en mer », affirme Paul de la Guérivière, P-DG de la start-up Ideol, qui porte ce projet, baptisé Floatgen, aux côtés de Bouygues Travaux Publics (TP), l’école Centrale Nantes et quatre autres partenaires européens.

Quatre projets en France d’ici à 2021. Aujourd’hui, la quasi-totalité des 3 200 éoliennes installées en mer dans le monde sont fixes, mais « de même que l’ off shore parapétrolier a évolué vers des plates-formes flottantes, de nombreux pays s’intéressent à l’éolien flottant », assure le dirigeant, dont la société a été retenue par le Nedo, l’équivalent japonais de l’Ademe, pour réaliser deux démonstrateurs flottants à la suite de la catastrophe de Fukushima. En France, quatre projets d’éoliennes flottantes ont été lancés avec des objectifs d’installation entre 2020 et 2021 : trois en Méditerranée et une en Bretagne, à Groix, où Vinci, associé à DCNS, réalisera des flotteurs mixtes acier-béton. « L’avantage des éoliennes flottantes est de pouvoir être installées en haute mer, ce qui réduit les impacts visuels, et dans des zones très venteuses, ce qui donne d’excellents rendements », poursuit Paul de la Guérivière.

L’originalité du concept d’Ideol repose sur un système de fondation flottante en anneau carré avec une ouverture centrale, appelée « Damping Pool », qui offre une stabilité optimisée à moindre coût. A la différence des autres solutions flottantes, majoritairement en acier, ce flotteur, doté de 16 alvéoles, est réalisé en béton armé précontraint. « Nous avons développé une formulation spécifique de béton léger – avec des billes expansées – et autoplaçant », explique Nicolas Jestin, directeur commercial de Bouygues TP, qui s’appuie sur un savoir-faire hérité de la construction en série de caissons pour les ouvrages portuaires, comme pour la digue du port de Tanger Med II, au Maroc.

Démarrage prévu à la fin 2017. Environ 70 personnes travaillent depuis novembre sur le chantier de cet ouvrage de 36 m de côté et de 9,5 m de haut (avec 7,5 m de tirant d’eau). Alors que la solution initiale prévoyait une construction sur terre-plein, puis une opération de manutention pour sa mise en eau, Bouygues TP a innové en construisant directement la fondation sur un ensemble de trois barges solidarisées et amarrées bord à quai, qui seront coulées provisoirement dans la forme-écluse Joubert pour la mise en eau. Elle recevra ensuite des équipements complémentaires et l’éolienne proprement dite, un modèle Vestas V80 de 2 MW avec un mât de 60 m et un rotor de 80 m.

« L’éolienne sera remorquée vers notre plate-forme d’essais en mer SEM-REV dédiée aux énergies marines renouvelables où un câble d’export d’électricité a été installé en 2015 », explique Arnaud Poitou, directeur de Centrale Nantes. Sous la responsabilité de Christian Berhault, directeur du site d’essai, les ingénieurs de l’école auront la lourde responsabilité d’amarrer l’ouvrage avec un système d’ancrage semi-tendu, composé notamment de six lignes en fibre synthétique de 20 cm de diamètre. L’objectif est de démarrer, fin 2017, une exploitation pour deux ans, le temps de tirer tous les enseignements de ce démonstrateur dont le budget s’élève à 25 millions d’euros, dont 10 apportés par l’Europe et 5,7 par l’Ademe.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X