Evénement Première œuvre

Un « village » pour l’urgence

Mots clés : Bâtiment d’habitation collectif - Établissements industriels, agricoles, ICPE

Ce centre d’hébergement provisoire prend pied, pour cinq ans, sur les bassins d’une usine de traitement des eaux à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne).

Après avoir été reçus au centre de premier accueil des migrants de la porte de la Chapelle (Paris XVIIIe ), les familles, femmes isolées et couples de réfugiés qui rejoignent la capitale sont orientés vers le centre d’hébergement d’urgence d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). Ils pourront rester là le temps de constituer leur dossier de demande d’asile.

Le lieu compose ici avec un existant singulier : c’est sur les anciens bassins filtrants d’une usine des Eaux de Paris mis à disposition par la Ville pendant cinq ans, que l’architecte Valentine Guichardaz-Versini a conçu un village de 400 personnes, réalisé en quatre mois. Avec l’entreprise Brézillon, elle a imaginé une plate-forme de 5 000 m2 sur pilotis au-dessus des anciens bassins, 210 modules préfabriqués en bois ont été montés sur des piles de béton, l’ensemble donnant l’effet d’une cité lacustre dont l’eau se serait retirée. Pour leur conférer une échelle humaine, les lieux sont divisés en six unités de vie de 67 personnes. Démontables, donc réutilisables, les habitations sont distribuées par des cours en longueur (logements de plain-pied au rez-de-chaussée, coursives métalliques en balcon pour desservir ceux de l’étage).

« Réponse architecturale et politique ». Mais plus qu’un village, ce centre d’hébergement forme un véritable petit fragment de ville où les espaces extérieurs sont savamment hiérarchisés, du plus public sur l’axe de desserte central au plus intime au seuil des logements. Les « rues » se connectent à un mail central qui traverse le site, ponctué de yourtes abritant salles à manger collectives et salles polyvalentes. « Des espaces accueillants, facilement appropriables par toutes les cultures. Une réponse architecturale autant que politique, qui pourra être dupliquée ailleurs », a relevé le jury.

Maîtrise d’ouvrage : Emmaüs Solidarité. Maîtrise d’œuvre : Atelier Rita, architecte. BET : Brézillon (TCE). Entreprise générale mandataire : Brézillon. Surface : 5 022 m2 SP. Coût des travaux : 9,8 M€ HT.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X