Régions Amiens

Un village d’entreprises qui vend du Rev3

Mots clés : Aménagement rural - Bâtiment d’habitation individuel - Gros oeuvre

62 M€ investis dans le réseau de chaleur d’Amiens Métropole qui alimente 19 000 logements (60 % énergie verte).

16 M€ Montant alloué par le département du Nord aux communes en faveur de la revitalisation des villages et bourgs.

7,8 M€ octroyés à 370 projets par le Fonds d’aménagement rural du Pas-de-Calais (sur un montant de travaux de 46 M€).

La CCI Amiens-Picardie voit vert et se lance à son tour dans la troisième révolution industrielle, Rev3, inspirée par l’économiste américain Jeremy Rifkin (1). Extension du pôle Jules-Verne situé à Glisy, dans la banlieue amiénoise, le site du Bois planté II deviendra le premier des deux parcs d’activités économiques des Hauts-de-France conçus selon la démarche Rev3, le second étant situé à côté de Lille. Le parc s’appuie sur la transition énergétique et les technologies numériques pour s’élancer vers une économie durable et responsable, connectée et collaborative qui permettra de changer les façons de vivre, produire, consommer, se loger, se déplacer… « Dans le domaine, peu de zones sont aujourd’hui aussi avancées que le Bois planté II, se félicite Fany Ruin, présidente de la CCI Amiens-Picardie, aménageur du site. Il s’agit d’un pôle pilote d’expérimentation et d’excellence. »

Conception environnementale intelligente. A l’issue du concours restreint de maîtrise d’œuvre, le groupement BDW Architecture-Otéis Séchaud Bossuyt a été retenu pour concrétiser le projet du Bois planté II. Sur ses 8 ha, à proximité de la future plus grande plate-forme Amazon de France, prendront place une trentaine d’entreprises prêtes à jouer le jeu de l’innovation énergétique et de l’exigence environnementale. Bâtiments à faible , matériaux renouvelables, bois local, isolants en matériaux naturels, panneaux photovoltaïques, éclairages zénithaux à haute performance thermique, pompe à chaleur, récupération des eaux de pluie, bornes de recharge électrique, ombrières photovoltaïques, candélabres à led, desserte via le futur bus à haut niveau de service (BHNS) d’Amiens Métropole, et… une smart flower solaire, totem du site qui produira l’énergie nécessaire aux espaces extérieurs : rien n’est laissé au hasard pour inscrire le futur parc d’activités dans une dimension environnementale novatrice. Des haies mellifères seront même plantées pour favoriser le retour des abeilles.

« Ces alternatives nouvelles profiteront aux entreprises qui viendront s’installer, souligne Fany Ruin. Même si nous devons assumer des coûts d’aménagement supérieurs d’environ 15 % à ceux d’une opération classique, soit 1,7 M€, nous faisons le choix de rendre le rêve possible. La CCI doit impulser dans ce domaine. Ce site sera une vitrine de ce qu’il est possible de réaliser avec des technologies éprouvées et performantes. A terme, nous souhaiterions étendre l’expérience sur 30 ha. » Une vitrine pour démontrer ce qui peut être économiquement viable demain mais aussi une révolution déjà comprise par l’entreprise amiénoise DBS, qui s’installera sur le site à l’issue des travaux. Le chantier devrait démarrer en janvier 2018 et durer douze mois.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) La dynamique a été lancée en 2012 dans le Nord-Pas-de-Calais sous l’impulsion de la région et de la CCI, puis élargie à la Picardie en 2016.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X