Architecture

« Un véritable gâchis patrimonial et écologique »

Mots clés : Architecture - Conservation du patrimoine - Démarche environnementale

Le constat de l’architecte en chef des monuments historiques est sévère.

Entretien avec Christiane Schmuckle-Mollard, architecte en chef des monuments historiques, membre du conseil de l’Académie d’architecture, expert Icomos.

Que pensez-vous de la situation actuelle du patrimoine français du XXe siècle ?

Elle est déplorable. L’inventaire est incomplet et très inégal selon les régions. Des concours pour la réhabilitation d’édifices majeurs sont lancés tous azimuts, sans réelle réflexion et avec des délais beaucoup trop courts !

« En France, la culture patrimoniale est une grande absente dans les écoles d’architecture. »

A contrario , dans le cadre des travaux sur les monuments historiques classés, la durée d’études et de validation des résultats permet à l’architecte et à l’administration de prendre les bonnes décisions, en particulier dans les cas délicats de reconversion ou d’interventions lourdes.

Il est indispensable que les édifices emblématiques soient protégés efficacement. Le label « Patrimoine du XXe siècle » n’ayant pas de force juridique, cette initiative est le plus souvent battue en brèche par la promotion immobilière, en particulier en Ile-de-France où la pression foncière est extrêmement forte.

Quelles différences constatez-vous avec d’autres pays européens ?

En France, trop peu de bâtiments du XXe siècle sont inscrits au titre des monuments historiques. Contrairement aux Pays-Bas (lire p. 84), la Belgique, l’Allemagne, l’Italie ou l’Europe de l’Est, où ce patrimoine est parfaitement recensé et traité à l’égal du plus ancien. En France, l’autorité supérieure n’a plus les moyens, surtout financiers, d’agir contre les décisions de démolition-reconstruction prises par des entreprises qui évoquent à tort le coût élevé d’une démarche conservatrice. C’est un gâchis patrimonial et écologique. Les autorités administratives et intellectuelles, les chercheurs et les universitaires sont beaucoup plus efficaces pour la conservation d’œuvres du XXe siècle lorsque leur valeur est reconnue (lire page 31). On constate en France un appauvrissement de la culture patrimoniale en général.

Elle est une grande absente dans les écoles d’architecture, où il semble plus important de ne pas brimer la créativité.

Que compte faire l’Académie d’architecture pour ce patrimoine récent ?

L’Académie n’est pas seulement le lieu de la mémoire de la fin du XIXe et du début du XXe . Son histoire est celle des architectes français les plus importants de la seconde moitié du siècle dernier, période particulièrement menacée par les démolitions d’œuvres d’immense qualité. Pour simplifier, on peut considérer qu’il existe deux grands types d’édifices : ceux qui sont « autorésistants », et qui ont avant tout des structures solides – et esthétiques – susceptibles d’être réutilisées facilement ; et d’autres peut-être plus sensibles, qui forment un tout avec leur environnement et leur aménagement intérieur et qui nécessitent une approche particulière, des études approfondies et des interventions à leur image, fortes et intelligentes. Dans le domaine des techniques de restauration, nous vivons un changement extraordinaire. Nous avons à notre disposition des matériaux et des résultats d’études de laboratoires qui sont à l’origine d’une pratique de conservation en permanente évolution.

Des études et des chantiers très performants sont réalisés, et aujourd’hui, alors que la connaissance est là, il ne manque plus que la volonté de ne pas laisser disparaître une des pierres angulaires du patrimoine architectural français. Rappelons que celui de la seconde moitié du XXe siècle, et plus particulièrement celui des années 1980, fut glorieux pour l’architecture de notre pays.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X