Evénement Equerre d'argent

Un tribunal d’exception pour Paris

Mots clés : Établissements pénitentiaires et judiciaires - Prix d'architecture

L’agence de Renzo Piano a su composer avec un programme écrasant et donner à son bâtiment un caractère aérien.

A découvrir le nouveau tribunal de Paris, livré l’été dernier dans le quartier des Batignolles (XVIIe ), on mesure ce que l’agence Renzo Piano Building Workshop (RPBW) a dû déployer de délicatesse architecturale, d’urbanité et de maîtrise du projet jusque dans ses moindres détails, pour satisfaire aux demandes du programme.

Le nouveau bâtiment devait réunir les fonctions du tribunal de grande instance et de 20 tribunaux d’instance et les loger sur une emprise foncière restreinte à la frontière entre Paris et Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), mettre à disposition 2 500 postes de travail environ et penser un établissement recevant du public (ERP) capable de garantir l’accueil le plus amène possible à la foule immense des justiciables, donner à Paris son premier immeuble de grande hauteur (IGH) depuis plus de vingt-cinq ans et satisfaire aux ambitions environnementales. Mais encore se glisser dans le cadre d’un partenariat public-privé (PPP) signé en 2012 entre l’établissement public du Palais de justice de Paris (EPPJP) et la société de projet Arélia, portée par des établissements financiers et Bouygues. Et enfin penser un symbole pour une institution soucieuse de présenter un visage bienveillant.

Résoudre cette addition considérable d’exigences pouvait créer un monstre. Renzo Piano et son équipe, désignés architectes de l’opération, sont pourtant parvenus à concevoir 100 000 m² d’équilibre. De légèreté même.

Jardins suspendus accessibles. Pour éviter de juxtaposer deux volumes imposants,...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5952 du 08/12/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X