Technique et chantier

Un télescopique pour apprendre à construire en bois

Mots clés : Bois - Education - ERP sans hébergement

Le lycée Haroun-Tazieff, près de Dax, vient d’acheter un Genie GTH-4018 pour former ses élèves.

Le lycée Haroun-Tazieff de Saint-Paul-lès-Dax (Landes) est devenu un pôle de compétence en matière de construction bois. Fort de ses 450 élèves, de sa centaine d’adultes stagiaires et de ses 30 professeurs spécialisés, l’établissement est sollicité par les entreprises régionales, voire au-delà. « La progression d’une construction bois peut être ralentie si le transport et l’installation des éléments préfabriqués ne sont pas totalement maîtrisés », explique Pierre Bollé, proviseur. En effet, les structures supportent très mal les à-coups de la chaîne logistique, depuis le départ de l’atelier jusqu’à l’installation sur le site. Les chocs ou les élingages déséquilibrés entraînent des dégâts difficilement réparables, voire de la casse, qui coûtent très cher, au point de réduire la rentabilité économique du projet.

Mettre en place

L’importance de cette étape a donc pesé sur les choix de l’équipe enseignante quand elle a établi le programme de formation. Il faut apprendre aux élèves à lever, manipuler, mettre en place les éléments de charpente et les panneaux à ossature bois. Pour ce faire, le lycée Haroun Tazieff, aidé par le conseil régional, a décidé d’acheter un chariot télescopique à tourelle rotative. C’est un GTH-4018 SR de Genie qui a été retenu. « Pour l’installation des éléments préfabriqués des bâtiments à ossature bois, il faut absolument une tourelle rotative qui permet de soulever la pièce depuis le plateau du camion et la présenter directement sur la dalle, sans rupture de charge ni dépose intermédiaire », précise Pascal Zoeller, chef de travaux au lycée. La flèche doit donc pouvoir se déployer sur 18 m, longueur maximale utile pour couvrir toute la zone de construction. « Nous nous sommes également attachés à trouver un système de commandes par joystick dont la sensibilité soit adaptée à un débutant, et donc utilisable par tous les stagiaires que nous formons », poursuit-il. La polyvalence de l’engin et la présence d’accessoires comme une nacelle et une potence de 3 m ont aussi pesé dans le choix. Cette polyvalence permet au lycée d’utiliser le GTH-4018 pour d’autres formations que l’ossature bois, celles consacrées aux métiers de la charpente traditionnelle par exemple, qui constituent encore la majeure partie du marché.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X