Actualité

Un système de récupération d’énergie équipe une pelle de production

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

Une machine classique a été équipée du système Eco’nergy qui augmente sa productivité et diminue sa consommation.

La pelle à chenilles 974 Liebherr de 80 t, mise en œuvre par DTP Terrassement sur un chantier routier près de Montpellier, comporte une différence difficile à déceler au premier coup d’œil. Il s’agit de neuf accumulateurs d’huile hydraulique, discrètement insérés entre la cabine et le moteur. Ces accumulateurs récupèrent l’énergie de la flèche lors de sa descente, la stockent pour la restituer lors du relevage. Inventé par Manu Lorraine, Eco’nergy a d’abord été monté sur des pelles plus petites [voir Le Moniteur Matériels du 10 février 2012, p. 59] avant d’équiper, pour la première fois, du matériel lourd. DTP Terrassement, filiale du groupe Bouygues, a vu dans cette innovation « une réponse à [sa] recherche de diminution des rejets de CO2 et de baisse de consommation de carburant », selon Olivier Dannau, responsable du service formation à la conduite de DTP Terrassement. On peut faire confiance au terrassier pour mesurer avec précision le comportement de sa machine, surtout quand il s’agit d’une pelle de production. Les résultats sont là : la 974 Liebherr Eco’nergy, équipée d’un godet de 5,5 m3, améliore sa productivité sur le chantier de 20 % ; la consommation de carburant baisse de 13 % ; le temps de chargement d’un tombereau diminue de dix-sept secondes. L’idée originale de Manu Lorraine est d’intervenir sur un seul des deux vérins de flèche. L’un est alimenté par le système de récupération d’énergie qui fonctionne presque en circuit fermé, l’autre reste alimenté par le circuit général. Évidemment, un régulateur relie les deux circuits entre eux et s’assure de la parfaite synchronisation des deux vérins. Le gain est double : d’une part, l’énergie récupérée n’a plus à être puisée auprès de la pompe, donc auprès du moteur diesel, d’où l’économie de carburant ; d’autre part, l’autonomie d’un des deux vérins de flèche soulage le circuit général et permet à la pompe à débit variable de délivrer davantage de puissance aux autres organes, principalement au vérin de balancier et au vérin de cavage, donc d’améliorer la performance globale de la machine. Un autre atout du système breveté par Manu Lorraine réside dans le fait qu’il peut s’installer en seconde monte. Car, malgré des contacts étroits avec des fabricants de pelles comme Atlas, la petite entreprise n’a pas encore réussi à fournir l’Eco’nergy en première monte à une grande marque.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X