Régions Caen

Un stade nautique flambant neuf pour 2014

A Caen, le stade nautique était devenu un serpent de mer. Des incidents à répétition ne cessaient de démontrer l’obsolescence de cet équipement construit en centre-ville en 1966. Mais de débats politiciens en cafouillages en tous genres, une série d’appels d’offres infructueux notamment, le dossier – transféré à la communauté d’agglomération en 2003 – avait fini par prendre la forme d’une patate chaude.

Un architecte breton

Ce n’est pas le moindre des mérites de l’équipe de Philippe Duron (député-maire de Caen et président de Caen la mer) de l’avoir fait enfin aboutir. Car c’est désormais acté : à compter de 2014, les Caennais pourront profiter d’un stade flambant neuf reconstruit sur place.
Le nouvel équipement sera l’œuvre de l’architecte breton Jean Guervilly, dont le projet a été préféré à ceux de Dietmar Feichtinger, de TNA Architectes et de BVL Architecture.
Un an après le choix du jury, c’est l’avant-projet définitif qui est adopté. « Celui-ci est désormais en adéquation complète avec les contraintes urbaines et les objectifs fixés », se félicite la maîtrise d’ouvrage. Le nouveau stade – 7 946 m 2 pour le bâti et 5 138 m 2 pour les aménagements extérieurs – a été conçu pour recevoir 400 000 usagers par an, contre 170 000 aujourd’hui.
L’actuel bâtiment d’accueil va être démoli et les bassins intérieurs intégralement reconstruits. Compte tenu de la durée du chantier, celui-ci a été scindé en deux phases, permettant ainsi au public de continuer à accéder au stade durant les travaux, qui débuteront l’an prochain.
L’autorisation de programme s’élève à 23 millions d’euros HT, dont 17,15 millions d’euros pour la construction. Le financement de l’opération se répartit entre la communauté d’agglomération Caen la mer (62,7 %), le conseil régional de Basse-Normandie (24 %), le conseil général du Calvados (8,9 %) et le Centre national de développement du sport (4,4 %).
Pour ce projet, Jean Guervilly s’est entouré du bureau d’études environnementales Terao, des BET BSO (structures), Ethis (fluides) et Avel (acoustique) et de l’économiste de la construction ECB. C’est l’architecte caennais Thomas Bernard qui assurera le suivi du chantier.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X