Régions Rennes

Un squelette de bois et de béton pour la polyclinique

Mots clés : Béton - Bois

La polyclinique Saint-Laurent, un établissement du groupe Hospitalité Saint-Thomas de Villeneuve (HSTV), poursuit son projet de modernisation lancé en 2012 avec une extension de 9 478 m2 SP, bordant l’avenue du Général-Patton. Les travaux – d’un montant de 14,2 millions d’euros HT assumés en grande part par la congrégation Saint-Thomas de Villeneuve, maître d’ouvrage – ont débuté en août 2016, pour une livraison prévue à l’été 2018. Comme pour le bâtiment d’origine, cette extension de cinq niveaux a été conçue par le groupe d’architecture et d’ingénierie Blezat (avec le BET Chaumont pour la charpente). Elle accueillera les services de psychiatrie et d’addictologie, à l’exception du dernier étage dédié aux consultations externes, soit 126 lits au total.

Impact du chantier minimisé sur l’établissement. Conçu comme une « vitrine » sur la ville avec une élégante façade double peau, le nouveau bâtiment vient s’implanter sur un parking couvert existant de deux niveaux de sous-sol. Pour cette surélévation, qui devait répondre aux exigences parasismiques en vigueur (zone 2), une structure mixte bois- béton s’est imposée. « Ce mode constructif a l’avantage d’être léger et il limite les impacts sur l’infrastructure existante. Une construction classique en béton armé aurait nécessité la reprise de l’ensemble des infrastructures du bâtiment existant », explique Nicolas Guitton, directeur du projet chez Blezat. Cette solution aura également permis le maintien en exploitation du parking supportant le nouveau bâtiment, pendant la phase de travaux, et aura minimisé l’impact du chantier et les nuisances sur la vie de l’établissement.

Le clos couvert est composé d’une ossature principale en bois lamellé-collé (745 m3), avec 5 100 m2 de planchers béton collaborant et 2 600 m2 de façades à ossature bois offrant également une enveloppe thermique performante. « C’est le premier projet hospitalier d’ampleur conçu sur une technicité mixte bois-béton », assure Pascal Vaché, directeur d’Eiffage Construction Bretagne, dont l’agence Ille-et-Vilaine est en charge du macrolot clos couvert avec Cruard Charpente.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X