Actualité

Un projet pour les menhirs de Carnac

« Le moniteur » n° 4831 du 28 juin 1996

En juin 1996, « Le Moniteur » détaille le projet d’aménagement des célèbres alignements de Carnac (photo). L’enquête publique a démarré le 24 juin. « Avec plus d’un million de visiteurs chaque année, les alignements de Carnac, dans le Morbihan, souffrent. Ainsi, sur la large bande de quatre kilomètres où se dressent les quelque trois mille menhirs répartis en trois alignements, le sol s’est enfoncé d’environ un centimètre par an », détaille Nathalie Bougeard du « Moniteur ». Entre autres, il est prévu d’éloigner la circulation du site en créant une nouvelle voie, d’édifier un parking de sept cents places et un bâtiment d’accueil. Jean-Pierre Lacroix, préfet du Morbihan de l’époque, est confiant : « Si l’avis des trois commissaires est favorable, je serai appelé à prendre la déclaration d’utilité publique avant la fin de l’année. Le concours d’architecture pourrait être lancé au printemps 1997. » Reste qu’aujourd’hui, après maintes péripéties, aucun projet d’aménagement du site de Carnac de ce type n’a jamais vu le jour.

Un tracé dévoilé pour le canal Seine-Nord

C’est le 27 juin 1996 que Voies navigables de France (VNF) dévoile la proposition de tracé pour le canal Seine-Nord qu’elle a retenue, parmi 25 projets mis à l’étude. Un choix qui, aux dires de François Bordry, président de VNF, a été cornélien. « Pour arriver à cette proposition, nous avons croisé toute une série de paramètres : critères socio-économiques, impact sur l’environnement, intérêt des chargeurs, temps de trajet, coût bien sûr, et, pour la première fois, études hydrologiques poussées. Cela me fait dire que jamais un projet d’infrastructures n’aura été étudié avec autant de soin. » Alors que le tracé du canal de Saint-Quentin était favori, c’est celui du canal du Nord qui a finalement été choisi… pour des raisons budgétaires, écologiques et économiques. A l’époque, on évalue l’opération à 1,8 milliard d’euros, et l’on estime que le chantier devrait débuter en l’an 2000. Depuis, le budget a été revu à la hausse (4,2 milliards d’euros) et les travaux devraient s’achever en 2017. L’itinéraire du canal du Nord a bien été conservé, pour un ouvrage colossal de 106 kilomètres de long pour 54 mètres de large.

Lyon s’embellit pour accueillir le G7

Du 27 au 29 juin 1996, la Ville de Lyon accueille le G7, « événement à la hauteur de l’image internationale de la ville », que son maire, Raymond Barre, souhaite promouvoir. Pour l’occasion, Lyon se pare de ses plus beaux atours, moyennant un budget de plus de 4 millions d’euros. Ils profiteront notamment à l’hôtel de ville, monument classé du XVII e siècle, qui recouvrera son lustre d’antan. Des aménagements extérieurs sont également réalisés, notamment place Bellecour, et les grands axes de la ville sont pavoisés et fleuris.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X