Régions Avignon

Un projet de double port fluvial sur fonds privés

Mots clés : Gares, aéroports - Transport fluvial - Transport maritime

A la pointe de l’île de la Barthelasse, l’une des plus grandes îles fluviales d’Europe (700 ha), se trouve une terre coincée entre les deux bras du Rhône et le pont de l’Europe : l’île Piot. Ses 17 hectares ont été acquis en 2013 par Richard Vinatier et ses associés, Jean-Claude Arfeux et Pascal Meneghetti. « L’idée était de créer un port fluvial digne de ce nom dans la cité des papes », explique Richard Vinatier. L’ampleur des aménagements est considérable : doublement des capacités d’accueil des croisiéristes (350 000 attendus), création d’un port de plaisance et construction d’une marina avec hôtels et logements.

Le projet est découpé en trois phases. Au nord de l’île Piot, le port des paquebots fluviaux permettra d’accueillir six bateaux-hôtels de plus de 100 m de long. Outre les approvisionnements classiques, ce port permettra le stationnement des autocars et mettra à disposition une maison des chauffeurs. Au sud de l’île, le port de plaisance de 300 anneaux offrira une sortie à sec par cale ou par grutage, une zone d’entretien des bateaux, un espace d’accastillage et de pièces détachées et, bien sûr, une capitainerie. Entre les deux se situera la marina. Elle permettra de rentabiliser l’opération. Deux hôtels de 100 chambres chacun et une centaine de logements pourraient voir le jour.

60 millions d’euros d’investissement. Le coût du projet est estimé à 60 millions d’euros : 25 millions pour le port de plaisance, 5 millions pour le port de paquebots fluviaux et 30 millions pour la marina. L’ensemble de l’opération sera exclusivement financé par des investisseurs privés.

Les demandes de certificat d’urbanisme pour le port de plaisance et pour le port de paquebots fluviaux sont actuellement à l’étude. Les réponses devraient être données d’ici à la fin de l’été. Concernant la demande de certificat d’urbanisme pour la marina, elle devrait être étudiée avant la fin de l’année.

« Nous allons sûrement devoir faire des ajustements techniques, mais nous espérons avoir un accord final dans le courant de 2018 pour démarrer les travaux en 2019 », dévoile Richard Vinatier. Les premiers yachts pourraient accoster au pied de la cité des papes à l’horizon 2021.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X