Enjeux Action Logement

Un président sortant mais tranchant

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Logement social

« Sans abandonner Action Logement, le temps est venu pour moi de quitter la présidence d’Action Logement Groupe, mais je reste membre confédéral au titre du Medef et j’entends bien veiller au bon déroulement du projet », a lancé Jacques Chanut, à l’occasion des vœux de l’organisme paritaire mi-janvier à Paris. La cérémonie a été l’occasion de dévoiler la convention quinquennale signée par l’ex-1 % Logement avec le gouvernement l’engageant à accompagner la politique du logement à hauteur de 15 milliards d’euros jusqu’en 2022 (financement partiel du doublement du budget de l’Anru 2, contribution au fonds national des aides à la pierre, etc).

Les motifs de son départ ? La surcharge de travail, invoque celui qui est aussi président de la FFB. « Je suis également un chef d’entreprise en activité », rappelle-t-il. Un argument déjà évoqué lors du séminaire de LCA-FFB à Rome, mi-décembre. Enfin, il y a les raisons politiques : « Avec les élections du Medef au mois de juillet, il me paraissait important qu’un président de grande fédération ne soit pas à la tête d’Action Logement pour que ce ne soit pas un sujet de débat. » Jacques Chanut redeviendra tout de même président de la commission Logement du Medef.

Intraitable sur la vente HLM. Pour ses derniers vœux, il a envoyé un message clair aux entreprises sociales pour l’habitat (ESH), dont l’organisme paritaire est actionnaire : « La règle est la même pour tous. Rien ne pourra expliquer que le taux de 1 % de vente de logements sociaux ne soit pas atteint en 2019. Si c’était le cas, nous exigerions des cessions en bloc à la structure de portage » qu’Action Logement Groupe doit créer pour faciliter la vente HLM.

Au sujet de la réorganisation à venir du secteur, Jacques Chanut a démenti les rumeurs indiquant qu’Action Logement demandait à ses ESH de se regrouper pour atteindre des seuils de HLM gérés (20 000 logements au minimum). « Nous ne donnons aucune directive, notre rôle d’actionnaire consiste à leur fixer des objectifs, les ESH définissent elles-mêmes les moyens à mettre en place pour les atteindre », a-t-il insisté. Dont acte.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X