Technique et chantier

Un pouvoir isolant renforcé pour les fenêtres

Mots clés : Efficacité énergétique - Information - communication - événementiel - Produits et matériaux - Rénovation d'ouvrage

La rénovation du parc français de fenêtres va bénéficier de l’amélioration du pouvoir isolant des châssis et de l’essor de la motorisation des fermetures.

La recherche d’économies d’énergie passe par l’amélioration de l’isolation thermique des bâtiments, et celle-ci concerne en particulier les fenêtres. Le parc français est ancien et fortement consommateur d’énergie, et le marché se porte à plus de 70 % sur la rénovation. Rien d’étonnant, dans ces conditions, que sur le salon Batimat on ne parle que de bâtiments basse consommation et que la grande tendance du secteur porte sur l’amélioration des performances énergétiques des menuiseries et des fermetures.

Pour les fenêtres, le cadre a longtemps été le point faible – thermiquement parlant – par rapport au vitrage. C’est de moins en moins vrai. Les menuiseries PVC augmentent en épaisseur – 70 mm va devenir le standard – avec une structure multichambre. La fenêtre Zendow de Deceuninck est constituée de profilés de 70 mm à trois chambres et accueille un vitrage de 41 mm. Les profilés de la gamme E.volution 70 mm, de Profine/Kömmerling, sont à cinq chambres et peuvent intégrer des vitrages de 48 mm pour obtenir un Uw voisin de 1 W/m².K. Des profilés PVC de plus en plus souvent sans plomb (« greenline ») pour satisfaire à la préoccupation de protection de l’environnement. De leur côté, les menuiseries en aluminium sont maintenant systématiquement proposées avec rupture de pont thermique (rupteurs de 10 à 20 mm, souvent en polyamide). Exemple, la Soleal Equilibre de Technal, à base de profilés de 55 mm et qui peut atteindre 3 m de haut. Pour réduire également les ponts thermiques, la technique « warm edges » (bords chauds) commence véritablement à s’implanter et intéresse de plus en plus de menuisiers.

Un Ug de 1 W/m2.k pour les doubles vitrages

Sur les fenêtres PVC de Maugin, équipées d’un vitrage 4-16-4 HPE, l’intercalaire « warm edges » en polypropylène fait passer le coefficient de déperdition thermique Uw de 1,5 à 1,4 W/m².K. Un petit gain qui s’ajoute à ceux réalisés sur les châssis et les vitrages. Les doubles vitrages à couche peu émissive se généralisent. Trois fois plus isolants (Ug = 1 W/m².K pour le Climaplus One de SGG) que les doubles vitrages classiques, ces vitrages à isolation thermique renforcée (VIR) représentent maintenant 90 % des doubles vitrages fabriqués et posés en France. Une présence que les triples vitrages sont loin d’atteindre. Car si leur Ug se situe entre 0,8 et 0,5 W/m².K et si leur intégration dans les châssis ne présente pas de grande difficulté, ils sont handicapés par un facteur solaire très bas, un coût élevé et un poids important.
La recherche d’une meilleure isolation thermique concerne tous les types de baies. L’intérêt des utilisateurs pour les fenêtres à galandage, qui offrent un grand dégagement et libèrent de l’espace à l’intérieur, a conduit Peralu à mettre au point un système de galandage intégrant l’isolation. Grâce à des panneaux en polystyrène extrudé fixés, en usine, sur le dormant du galandage dans sa partie refoulement, la circulation d’air entre le mur extérieur et la cloison intérieure est pratiquement supprimée.
L’étanchéité à l’air était également un point faible des coffres de volets roulants. C’est pourquoi, pour réduire les entrées d’air parasites, les fabricants ont développé le système du coffre demi-linteau. Le Storebox de Deceuninck est installé devant la menuiserie, monté en bloc-baie et accessible de l’extérieur. Plus facile à poser et à maintenir, le système assure une meilleure étanchéité à l’air et une meilleure isolation. Pour ce faire, le nouveau bloc-baie demi-linteau de K.Line, conçu avec Bubendorff, dispose d’une aile de recouvrement du décaissé et d’embouts latéraux d’étanchéité, d’une part, d’une retombée d’isolant derrière le coffre, d’autre part, qui améliore sensiblement l’isolation thermique par rapport à un coffre tunnel.
Toujours en matière de fermetures, la tendance qui se confirme au salon Batimat est celle de leur motorisation. Elle apporte un supplément de confort (protection solaire, gestion de la température, pas de manœuvre manuelle) et de sécurité, et s’inscrit dans un système domotisé du logement. Elle s’impose également pour les stores en double vitrage, tel le système SL20-22F de Screenline, à batterie rechargeable par cellules solaires.-

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X