Architecture Ouvrage d'art

Un pont sur la Loire en version allégée

Mots clés : Béton - Dallage - Ouvrage d'art

L’installation de dalles en BFUP sur le tablier de 400 m a divisé par deux le poids de la structure.

L’emploi du béton fibré à ultra-hautes performances (BFUP) dans la rénovation d’ouvrages d’art est encore rare. Pourtant, pour Serge Jaffrelo, chef du service dédié au conseil départemental de Loire-Atlantique, cette solution technique cumule les avantages. Elle a d’ailleurs été mise en pratique pour le plus grand des deux ponts de Thouaré-sur-Loire. « L’emploi de dalles très minces, en BFUP structurel, connectées à la charpente métallique, nous a permis d’alléger l’ouvrage tout en réduisant les aléas du chantier et les délais grâce à la préfabrication », explique l’ingénieur ENTPE.

Infiltrations d’eau. Datant de 1882, l’ouvrage métallique de type « pont cage », long de 400 m, présentait des pathologies importantes. Faute d’étanchéité, les eaux de pluie s’étaient infiltrées jusqu’aux voûtains en briques, provoquant un délavement du mortier de hourdage et un délitement des briques. Craignant l’effondrement d’un voûtain, voire la rupture d’une pièce du pont, le département a placé l’ouvrage sous surveillance renforcée et établi un programme de réparation fin 2014.

Avec une enveloppe de 4,8 millions d’euros HT, le premier programme technique prévoyait douze mois de travaux et un arrêt total de la circulation. Les vives réactions des usagers ainsi que les futurs besoins d’une...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5959 du 19/01/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X