Evénement

Un palmarès 2017 qui reflète l’époque

Mots clés : Prix d'architecture

L’Equerre d’argent et le prix de la Première œuvre récompensent des réalisations placées sous le sceau de la Justice et de l’engagement auprès des plus démunis.

Les choix d’un jury d’architecture réservent parfois des surprises… C’est que sa composition relève d’une alchimie subtile et d’un art consommé de la diplomatie pour faire cohabiter, le temps d’un délibéré, des personnalités qui se découvrent, si elles ne se connaissent pas déjà, se jaugent, s’estiment et se défient parfois ; avant de converger plus ou moins laborieusement vers un palmarès accepté par tous. Le jury 2017 des prix d’architecture du « Moniteur », qui s’est réuni le 27 novembre au Conseil économique, social et environnemental (Paris XVIe ), n’a pas fait totalement exception à la règle. Les débats ont été vifs, les arguments affûtés et le verdict souverain. A tout seigneur, tout honneur. En choisissant de décerner l’Equerre d’argent au tribunal de Paris, construit dans le cadre d’un partenariat public-privé (PPP) par l’agence de Renzo Piano (RPBW), le jury a salué un nouveau totem dans la skyline de la capitale, « une composition urbaine puissante », voire « bluffante », une œuvre « maîtrisée de bout en bout » au service de l’intérêt général, qui incarne le visage de la Justice du XXIe siècle, plus accessible et plus transparente (p. 16) .

Très éloigné par la taille, le programme et le budget, le centre d’hébergement d’urgence à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), récompensé par le prix de la Première œuvre, est le fruit de l’engagement d’Emmaüs Solidarité et de l’architecte Valentine Guichardaz-Versini, fondatrice de l’atelier Rita. Construit sur le site d’une ancienne usine de traitement des eaux, ce projet « en résonance avec l’actualité » est l’aboutissement d’une démarche architecturale et politique altruiste, traduite en une sorte de « village » qui conjugue avec talent des constructions modulaires préfabriquées et des structures nomades ici sédentarisées (p. 20) .

Souverain et indépendant. La passerelle de Creil (Oise), distinguée dans la catégorie « Ouvrage d’art », n’échappe pas à la symbolique du lieu et du lien. Lancé entre deux rives par l’architecte Jean-François Blassel, cet objet technique a séduit le jury par sa « grande légèreté et la finesse de son tablier » (p. 25) . Une même séduction a opéré pour le musée Camille-Claudel de Nogent-sur-Seine (Aube) d’Adelfo Scaranello, lauréat de la catégorie « Culture, jeunesse et sport ». Un « travail d’artisan » si ce n’est d’orfèvre, mené avec maestria sur l’insertion urbaine, la lumière et le matériau (p. 23) . Enfin, l’hôpital Nord Franche-Comté à Trévenans (Territoire de Belfort), conçu par l’agence Brunet-Saunier a été récompensé dans la catégorie « Lieu d’activité » pour son « humanité » autant que son aménité, la maîtrise technique de ses concepteurs et le soin apporté aux espaces pour les patients et le personnel (p. 22) . Mais la surprise de cette 35e édition est venue de la décision des jurés, prise en toute indépendance, de ne récompenser aucune des six opérations nommées dans la catégorie « Habitat ». Des réalisations de factures et de tailles très différentes les unes des autres, certes, pourtant toutes inventives dans leur conception autant que soignées dans leur exécution. Le jury est souverain. Dura lex, sed lex

Le jury (de haut en bas et de gauche à droite) : Yves Moreau, architecte, Equerre d’argent 2016 ; Antoine Guiraud et Etienne Manenc, architectes, prix de la Première œuvre 2016 ; Alain Bertrand, directeur général adjoint de la Société d’aménagement de la Métropole Ouest Atlantique (Samoa) ; Fabien Renou, rédacteur en chef du « Moniteur » ; Jean-Marie Duthilleul, architecte et ingénieur ; José Ignacio Linazasoro, architecte et président du jury ; Stéphanie Bru, architecte, prix « Lieu d’activité » 2016 ; Gilles Davoine, rédacteur en chef d’« AMC » ; Florence Lipsky, architecte, Equerre d’argent 2005 ; Claude Labbé, ingénieur ; François Brouat, directeur de l’école d’architecture Paris-Belleville ; Aline Harari, architecte, prix « Habitat » 2016.

Absents de la photo : Gilles Delalex et Amélie Fontaine, architectes.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X