Actualité Organisations professionnelles

Un nouveau patron pour les marchés et la sous-traitance à la FFB

Alain Piquet, patron de l’entreprise d’électricité Destais et président de la Fédération française du bâtiment Basse-Normandie, a pris en charge le 12 février, au sein des instances nationales de la FFB, la commission marchés et le Conseil national de la sous-traitance (CNSTB).

Dans quel esprit comptez-vous travailler ?

Ces deux instances se composent de membres différents, mais se réunissent en même temps pour traiter des marchés publics et privés, de la sous-traitance, des délais de paiement… Notre objectif est de développer les bonnes pratiques. Pour cela, la présence des Entreprises générales de France (EGF-BTP) au CNSTB, qui traite des relations entre les entreprises du bâtiment, est fondamentale. Nous pouvons ainsi trouver des ajustements pour nos entreprises qui subissent des prix bas en cascade.

Quelles sont les priorités de votre mandat ?

Nous fêterons en 2015 les quarante ans de la loi de 1975 sur la sous-traitance. Cette loi a protégé les entreprises et en a sauvé des centaines. Il est bon de le rappeler. Nous travaillerons notamment à répéter que la sous-traitance de pose est légale. Et nous continuerons nos actions contre la concurrence déloyale. La loi Savary du 10 juillet 2014 n’est toujours pas entrée en vigueur. Une campagne d’information sur ces nouvelles règles sera organisée pour que les maîtres d’ouvrage et les maîtres d’œuvre se sentent concernés par cette lutte contre le travail illégal. La carte d’identité professionnelle, prévue dans le projet de loi Macron, constitue à ce titre une grande avancée. Les contrats-types de sous-traitance seront revus sur ces points. La transition énergétique sera aussi un grand sujet. Nous devons aider les entreprises à intégrer la performance énergétique ou environnementale des travaux dans leurs devis. Sur la garantie de paiement, nous essaierons de corriger les pratiques des maîtres d’ouvrage qui ont tendance à multiplier les retenues au-delà de ce que permettent les textes. Enfin, nous travaillerons davantage avec nos fournisseurs sur la question des délais de paiement.

Que pensez-vous du BIM ?

Il va repositionner les acteurs. Nous y sommes favorables. Nous devrons revoir les contrats et intégrer de nouvelles clauses, notamment sur la propriété intellectuelle, et aussi, bien sûr, accompagner les PME.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Son parcours

Alain Piquet est entrepreneur depuis 2005, année où il a repris l’entreprise normande d’électricité Destais (CA de 6,5 millions d’euros, 40 salariés). Après un BTS en bâtiment, il a travaillé pendant sept ans en maîtrise d’œuvre chez un architecte. Il a ensuite rejoint la direction de l’investissement de l’entreprise sociale pour l’habitat La Plaine Normande (passée de 4 200 logements à 11 200 pendant son mandat). Parallèlement, il a intégré l’Institut d’administration des entreprises (IAE) de Caen, où il s’est formé à la gestion d’entreprise pendant trois ans.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X