Régions Lyon

Un navire minéral pour le futur siège de la Capeb

C ‘est pour moderniser son image et apporter du confort à ses salariés et à ses visiteurs que la Capeb du Rhône s’est lancée dans la construction d’un nouveau siège social. Conçu par l’agence d’architecture AFAA, l’édifice sera bâti sur un foncier acquis par le promoteur PRD et jouxtant le site de l’actuel siège de la fédération professionnelle. « Pour casser le linéaire du futur ensemble, nous l’avons subdivisé en cinq volumes de hauteurs différentes. A l’extrémité nord, la volumétrie du bâtiment en forme de proue de navire “minéral” abritera les locaux de la Capeb », indique Marc Favaro, associé de l’agence AFAA et concepteur du projet.

Grande terrasse au dernier étage. C’est par ce bâtiment de 2 300 m2 sur six niveaux plus attique, et comprenant deux niveaux de parking en sous-sol, que le projet démarrera au printemps prochain. Au rez-de-chaussée, outre le hall d’accueil, seront hébergés le musée de l’outillage Jean Butaud, un local associatif et une surface commerciale. Le premier étage sera réservé aux salles de formation tandis que les autres niveaux accueilleront les bureaux de la Capeb du Rhône ainsi que ceux de la Capeb régionale Auvergne-Rhône-Alpes, de l’organisme de formation Afabra, de l’U2P, de la CNATP et de la CNAMS. Le dernier étage dédié aux espaces de réception ouvrira sur une large terrasse. « Les espaces de travail, modulables selon les besoins des utilisateurs, seront tous en premier jour », précise Marc Favaro.

Côté matériaux, le choix s’est porté sur des panneaux préfabriqués en béton poli de teinte foncée pour assurer la pérennité et la force de cet ensemble. Toutes les toitures, en partie accessibles et sans aucun équipement technique, seront végétalisées. Entièrement réalisé grâce au BIM, ce premier bâtiment sera livré à l’été 2019. La maquette numérique du projet sera exploitée lors des sessions de formation à destination des artisans.

Une fois les équipes installées, la démolition de l’actuel siège de la Capeb laissera place au reste du programme (10 000 m2 ), attendu à l’été 2021. Ces bâtiments seront vendus à un investisseur. Pour la réalisation du chantier, le promoteur envisage de lancer un macrolot et souhaite interdire aux entreprises d’avoir recours au travail détaché.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X