Enjeux Polynésie française

Un marae mā’ohi à l’Unesco

A 16 000 kilomètres de la Polynésie française, à Cracovie (Pologne), le comité du patrimoine mondial de l’Unesco a inscrit, le 9 juillet, un nouveau paysage culturel sur sa liste : Taputapuātea. Situé sur la côte est de l’île de Ra’iātea, il comprend notamment un complexe archéologique composé de plusieurs « marae ». Ces lieux de culte, construits du XIVe au XVIIIe siècle par le peuple mā’ohi, se caractérisent par des pavages basaltiques quadrilatéraux, des plates-formes rectangulaires dénommées « ahus » et formées par de grandes dalles coralliennes et de basalte, ainsi que par des pierres dressées de différentes tailles. L’ensemble, classé monument historique national, devient à présent patrimoine mondial.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X