Conception

Un jardin sans limites enraciné dans l’histoire de la faïence

Mots clés : Aménagement paysager - Espace vert - Manifestations culturelles

En 2009, le Jardin des Faïenceries du Moulin de la Blies à Sarregunemines témoignera du passé industriel du site et de l’imagination des paysagistes, attentifs aux traces et à l’esprit des lieux.

Au bord de la Blies et de l’Allemagne, tout s’arrête en 1968 pour les 3 500 faïenciers qui fabriquent ici les pâtes et glaçures, cuites ensuite dans 30 fours monumentaux. Le silence, quelques bâtiments et la grande cheminée en brique au milieu du Jardin des Ruines, créé en 1993, par le paysagiste Gilbert Samel, témoignent du passé. « Comme ces rails et ces vieux pans de murs, volontairement conservés tandis que le théâtre de verdure, sur les anciens bacs de décantation d’argile, amorce sa métamorphose », note Bruno Neiss, directeur honoraire des Services techniques de Sarreguemines et acteur passionné de cette aventure…

Réveiller l’esprit du site. Dix ans après, les paysagistes Philippe Niez et Alexandra Schmidt, lauréats du concours lancé par la ville – impliquée dans le réseau des Jardins sans limites, initiés par le CG 57–poursuivent la démarche. « Pour réveiller, disent-ils, l’esprit des lieux à partir des fragments, traces et objets trouvés sur place, tout en laissant l’imagination et le végétal, liés à l’histoire de la friche, tisser des liens pour redonner du sens au jardin qui s’ouvrira en 2009 autour de cette manufacture à l’arrêt ». La pergola...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 314 du 01/11/2008
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X