Régions Toulouse

Un grand coup de jeune pour les universités

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - ERP sans hébergement - PME - Politique du logement - Transport ferroviaire

25 M€ investis entre 2015 et 2020 par la région Nouvelle-Aquitaine pour le logement des jeunes et des étudiants.

200 M€ pour la commande publique annuelle du conseil départemental de Gironde, surtout destinés aux TPE et PME.

23 M€ Le coût de la suppression d’un passage à niveau à Muret (Haute-Garonne).

Source : SNCF-Réseau.

Avec le Plan campus, l’université de Toulouse s’offre une cure de jouvence. D’ici à 2022, 13 bâtiments (100 000 m2 au total) auront été construits, et cinq autres réhabilités (1). En 2009, la ville a été sélectionnée pour bénéficier de ce plan national qui vise à « faire émerger en France 12 pôles universitaires d’excellence de niveau international ». L’université fédérale de Toulouse, qui pilote le projet, s’est vu attribuer une dotation de l’Etat de 350 M€, à laquelle s’ajoutent des subventions de la région, de Toulouse Métropole et du Sicoval (communauté d’agglomération du Sud-Est toulousain).

A la fin du programme, l’université fédérale aura investi 300 M€ (TVA incluse) dans les études et les travaux de construction, réhabilitation et destruction. La plupart des projets, menés en MOP, concernent l’université scientifique Toulouse-III-Paul-Sabatier, les écoles d’ingénieurs rattachées et l’université de sciences sociales Toulouse-I-Capitole. L’université Jean-Jaurès a bénéficié pour sa part d’un projet de reconstruction propre en PPP.

Des appels d’offres imminents. D’ici à la fin novembre, l’université fédérale publiera l’avis d’appel public à la concurrence pour le projet le plus important du programme « chimie, matériaux, procédés ». Il s’agit de construire, entre autres, des laboratoires de chimie sur 13 700 m2 de surface de plancher sur le campus de Rangueil (Paul-Sabatier). Les études seront lancées en juillet 2018, et l’appel d’offres travaux en septembre 2019, pour un démarrage du chantier en janvier 2020. Le budget des travaux est évalué à 28,6 M€ HT.

Autre projet d’ampleur qui sera attribué au cours des prochaines semaines : la Cité internationale des chercheurs, dans le quartier central de Saint-Michel. La cité, d’environ 12 000 m2 SP, hébergera dans 300 logements les chercheurs et étudiants faisant des séjours à Toulouse. L’opération sera menée sous forme de contrat de concession de travaux de quarante à cinquante ans. L’appel à candidatures sera lancé en décembre, avant un dialogue compétitif entre février et juillet 2018, pour un début des travaux au printemps 2019 et une livraison à la mi2020. « Une concertation préalable a été menée cet été avec les concessionnaires pour évaluer la faisabilité, la rentabilité et l’intérêt du projet. L’opération nous a rassurés », assure René-Marc Willemot, directeur du service immobilier et aménagement de l’université fédérale de Toulouse. Une première évaluation estime le coût des travaux autour de 23 M€ HT.

La physique se réorganise. En février prochain, l’université fédérale lancera aussi l’appel d’offres travaux pour son projet de « réorganisation de la physique ». Soit la construction de 2 870 m2 de surface de plancher qui accueilleront, notamment, les laboratoires de l’Institut de recherche sur les systèmes atomiques et moléculaires complexes (IRSAMC). Le budget travaux est estimé à 5,3 M€ HT. Le chantier devrait démarrer dès juin prochain, pour une livraison en novembre 2019.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X