[TO] Règles techniques

Un émissaire lesté en mer

Mots clés : Aménagement du littoral - Eau - Technique de construction - Travail

Pour poser l’émissaire de rejet en mer des eaux traités de la station d’épuration de Courseulles (Calvados), les éléments préfabriqués sont hissés par-dessus la digue existante et posés en souille.

Après un traitement par filtration sur sable et ozonation, les effluents de la future station d’épuration de la côte de Nacre implantée près de Courseulles-sur-Mer (Calvados) (capacité 97 000 équivalents habitants) seront rejetés en mer. Une conduite maritime de 2 300 m, reliée à une conduite terrestre de 1 200 m, est actuellement en cours de pose. Elle se décompose en trois tronçons : l’un de 60 m sur l’estran, un tronçon de 90 m entre l’estran et la mer, et onze tronçons de 180 m en mer.

Le groupement EMCC et Spie Citra, adjudicataire de ce chantier, a créé une aire de préfabrication sur site. D’un diamètre de 711 mm, les éléments de 15 m de long sont constitués d’une âme en tôle, d’une protection intérieure en ciment alumineux et d’une membrane extérieure de polypropylène. D’un poids de 1 t/m, ils subissent une épreuve hydraulique à 10 bars. Les tronçons sont assemblés par soudure et revêtus de 8 cm de béton de lestage et de protection ; La quasi-totalité des tronçons est aujourd’hui assemblée.

Le passage de la digue constituait une difficulté majeure. Il était impossible d’ouvrir cette protection sans risquer de mettre toute la zone en eau. Le passage de l’émissaire terrestre sous la digue a été franchi avec un micro-tunnelier de 80 m de long. Pour transporter les tronçons préfabriqués vers la mer, une structure enjambe la digue et les amène à 5 m de haut sur 400 m de long. Le premier tronçon a été lancé le 8 mars.

Les travaux maritimes débutent maintenant. Dix portiques sont utilisés pour lever les tronçons de 180 m de long. La conduite est descendue côté mer à l’aide de chariots. Mis en flottaison, elle est amenée dans sa souille. Le poids de la conduite dans l’eau n’est plus que de 35 kg/m. Pour les trois premiers tronçons, la souille est constituée d’un batardeau pour tenir le terrain à 8 m sous la plage. Ensuite il s’agit d’une souille ouverte classique. Dans tous les cas, l’assise repose sur du rocher. Une partie du terrassement s’effectuera à la pelle depuis un ponton-dippeur après une campagne de déroctage et de tirs de mines qui débutera en avril et durera deux mois. Quinze tonnes d’explosifs seront utilisés et 25 000 m3 de matériaux seront retirés.

FICHE TECHNIQUE

Maîtrise d’ouvrage : syndicat mixte d’assainissement de la côte de Nacre.

Maîtrise d’oeuvre : Saunier Techna.

Conduite d’opération : DDE Calvados.

Chantier émissaire : EMCC (mandataire) et Spie Citra Agence de Lorient, pour la partie maritime, TPC (Travaux publics du Cotentin) pour la partie terrestre.

Coordinateur sécurité : APAVE.

Coût : 220 millions de francs dont 33 millions pour l’émissaire (70 % pour le maritime, 30 % pour la partie terrestre).

PHOTO : L’émissaire en partie maritime est essentiellement constitué de tronçons de 180 m de long constitué d’éléments de 15 m soudés. Ces pièces sont hissés au-dessus d’une digue pour être posés au fond de la mer.

ENCADRE

Le plus gros chantier d'assainissement littoral

« Nous maîtrisons bien la technique de la pose d’un émissaire en mer. La difficulté est liée à la météo. La mise en flottaison ne tolère pas plus de 80 cm de houle » expliquent Claude Gensse (EMCC) et Nicolas Marie (Spie Citra). Les ingénieurs ont dû prendre en compte un autre aléa, lié cette fois à l’environnement de ce chantier. « Nous travaillons sur la plage Juno où a eu lieu une partie du débarquement de 1944. Nous risquons de retrouver des bombes. Dans le cadre de la campagne de déroctage, nous avons dû prendre des mesures. Cela a nécessité près de deux mois de préparation administrative », expliquent les ingénieurs pour qui un chantier maritime est toujours unique. Ce chantier d’assainissement est actuellement le plus important sur le littoral français. « C’est un chantier-test qui intéresse beaucoup de monde ».

Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X