Enjeux

Un coup de pouce législatif pour accélérer les constructions olympiques

Tout est mis en œuvre pour que les installations soient prêtes à l’été 2024.

Et reconvertibles après les JO.

Moins de sept ans. C’est le temps qu’il reste à la capitale pour préparer les Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Et parce que pour cet événement plus que pour tout autre, après l’heure ce n’est plus l’heure, l’Assemblée nationale a débuté le 20 décembre l’examen du projet de loi qui doit permettre de respecter le calendrier de livraison de l’ensemble des infrastructures et des équipements, prenant fin au plus tard le 1er janvier 2024. Le titre II de ce texte adapte certaines procédures d’urbanisme pour accélérer la réalisation des sites et garantir la transformation durable d’une partie des installations après les jeux. Le point sur les principales mesures envisagées.

L’important, c’est de participer… par voie électronique. Pour gagner en rapidité, les projets, plans et programmes nécessaires à l’organisation des JO seront soumis à une simple procédure de participation du public par voie électronique. Cette procédure allégée sera toutefois réalisée par un « garant » nommé par la Commission nationale du débat public. Par ailleurs, les constructions, installations et aménagements temporaires – d’une durée maximale de dix-huit mois -, liés à la préparation, à l’organisation et au déroulement des JO, seront quant à eux...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5954 du 22/12/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X