Technique et chantier BÂTIMENT INDUSTRIEL

Un centre d’essais aux allures de vitrine pour Technal

Mots clés : Energie renouvelable

Rien de plus gênant pour un industriel que de se sentir limité dans ses démarches d’innovation et de validation des concepts techniques, faute de locaux adaptés. Tel a longtemps été le cas de Technal (groupe Hydro). Un problème que le menuisier aluminium vient de résoudre en dotant son site de Toulouse d’un imposant centre technique baptisé ITC (Innovation & test centre). « D’une surface de 1 600 m², cette plateforme remplace des bâtiments qui avaient l’inconvénient d’être loués et relativement éloignés de notre unité de production », précise Patrick Lahbib, responsable de l’ITC.

Équipé d’une demi-douzaine de bancs d’essais, ce centre aura pour activité principale le prototypage et le test des nouveaux produits (résistance mécanique et thermique, tenue aux chocs, au vent, à la pluie, au brouillard salin.). A cela s’ajoutera un programme de visites pédagogiques pour les clients de la marque. « Cette double vocation nous a conduits, dès le départ, à imaginer deux axes de circulation bien différenciés entre le personnel (axe horizontal) et les visiteurs (axe vertical) », indique l’architecte Jérémie Harter (Atelier Cactus).
Pour son premier vrai centre de R & D (coût : 2 millions d’euros), Technal s’est en fait offert une vitrine, à la fois mise en scène de certains produits phares et preuve de sa maîtrise des économies d’énergie. Caractérisé par une consommation de 45 kWh/m².an (résultat de simulation), l’ITC se veut d’abord exemplaire quant à la valorisation de l’éclairage naturel, généreusement dispensé par les vitrages de la façade sud (95 % du total) et les nombreuses verrières en toiture.

En façade, les brise-soleil produiront 7 000 kWh/an

Par ailleurs, l’ITC fait appel à une enveloppe isolante double peau, à un triple vitrage en face nord et à une toiture végétalisée extensive capable d’abaisser la température maximale de 2 à 3 °C l’été. En saison chaude, l’inertie thermique est également améliorée par l’utilisation de briques en partie basse des parois, tandis qu’une surventilation nocturne est rendue possible grâce à la motorisation des ouvrants. En façade sud, les brise-soleil sont non seulement motorisés mais dotés de modules photovoltaïques totalisant 34 m² de surface active répartis sur 88 lames. Production annuelle prévue : 7 000 kWh. –

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X