Régions

Trois questions à Gérard Bobier, président de la chambre nationale de l’artisanat des travaux publics et du paysage (CNATP)

Mots clés : Aménagement paysager - Architecte - Architecture - Artisanat - Maîtrise d'œuvre - Travail

« L’artisanat a gagné sa place sur l’emploi »

Votre congrès national, à Tours, est marqué par le 10e anniversaire de la fondation de la CNATP. Quel est le bilan

de cette décennie ?

Nous représentons, aujourd’hui, deux mille entreprises artisanales. Si nous existons, c’est qu’il n’y avait pas, à proprement parler, d’organisations professionnelles qui représentaient l’artisanat. La problématique d’un chef d’entreprise de trois ou quatre salariés n’est pas la même que celle du P-DG d’un grand groupe. Il doit être à la fois sur le terrain, le commercial, l’animateur, le maître d’oeuvre. L’artisan n’a pas le temps de se plier à toutes les contraintes de sa profession. Nous apportons donc un service complet, de proximité avec un relais départemental pour les questions juridiques, fiscales, techniques, de gestion, de formation, sur la sécurité, etc.

En quoi vous démarquez-vous des autres organisations professionnelles ?

Tout d’abord, nos relations avec les autres syndicats sont très bonnes. Mais nous nous démarquons, notamment par rapport aux majors, sur certains points. Notre travail s’effectue dans la proximité, le service au client, la réactivité, l’adaptabilité.

Quelle influence avez-vous pour défendre les professions que vous représentez ?

Nous nous inscrivons dans une mouvance où l’artisanat a fait sa place et démontré sa crédibilité par rapport au monde politique. Pendant que les grandes entreprises multipliaient les plans sociaux, l’artisanat embauchait. Entre 1997 et 2002, les effectifs dans les entreprises artisanales de TP ont constamment progressé. En six ans, nous sommes passés de 42 299 à 50 717 salariés dans les entreprises de moins de 20 salariés. La TVA à 5,5 %, ce sont les artisans qui l’ont obtenue. C’est vrai, la CNATP n’est pas encore un acteur majeur, à part entière. C’est une dimension que nous devons acquérir dans les années à venir pour devenir la voix reconnue de l’artisanat. Pour nos dix ans, nous avons créé un journal, « CNATP infos », qui va paraître tous les deux mois dans un premier temps avant de devenir mensuel.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X