[TO] Règles techniques

Travaux publics Deux lauréats pour les prix de l’Innovation 1999

La FNTP a récompensé des techniques de travaux souterrains et de renforcement des structures.

Principale composante de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), le Syndicat professionnel des entrepreneurs de travaux publics de France et d’Outre-mer remet depuis maintenant dix-sept ans les prix de l’Innovation, qui récompensent les auteurs de techniques susceptibles de contribuer à l’amélioration de la performance des ouvrages, à la productivité des travaux, à la réduction de leur coûts, et à la compétitivité des entreprises sur les marchés internationaux. Quatre prix avaient été remis en 1997. Cette année, les lauréats sont au nombre de deux. Ils ont été récompensés le mardi 23 mars 1999, lors de la clôture de l’assemblée générale de la FNTP.

Premier prix. Philippe Buton, Stéphane Carayol, Paul da Fonseca, Jean-Pierre Hamelin et Marie-Pierre Hochard, de l’entreprise Solétanche-Bachy, pour le procédé Contacts.

Il s’agit d’une technique de contrôle actif des tassements sur les chantiers de travaux souterrains. Les interventions sous terre se traduisent par des tassements en surface qui sont extrêmement difficiles à prévoir, la décompression du terrain au niveau du front de taille étant pratiquement inévitable. Le procédé Contacts sert précisément à prévoir les mouvements du sol par auscultation et mesures, et à les contrer en injectant des quantités de matière les plus faibles possibles, au plus près de la zone décomprimée. La particularité de la technique réside dans le relevé en temps réel de tous les mouvements du terrain, au moyen de capteurs. Elle concerne aussi le contrôle très strict des pompes d’injection et l’ajustement permanent des quantités d’injection aux mouvements de sol observés. Elle se retrouve, enfin, dans l’efficacité à déterminer à l’avance l’ampleur de ces mouvements et à établir le programme d’injection nécessaire. Pour cela, une chaîne complète d’outils électroniques et informatiques a été développée. Le procédé Contacts a été testé à Londres et est actuellement utilisé sur de gros chantiers à Madrid et à Porto-Rico.

Deuxième prix. Khélil Doghri et Christian Tourneur (Freyssinet), Alain Chabert (LCPC), Alain Delbos (Ato Findley) et Jean Luyckx (Soficar), pour le procédé de renforcement des structures en béton par des tissus de fibres de carbone (TFC).

Né en 1951, le renforcement par armatures collées consiste à appliquer en surface, dans les zones tendues du béton armé, une section d’armature métallique sous forme de plaque de tôle. Par collage, elle reprend des efforts de traction. Depuis, le carbone a remplacé les tôles, en offrant un avantage de poids à la pose et de résistance à la corrosion. Le TFC (tissu de fibre de carbone) est un composite qui résiste jusqu’à 1 800 MPa. On utilise un tissu sec bidirectionnel fourni en rouleaux, que l’on matrice à froid par lés, à l’aide d’un adhésif spécial à base de résine époxy. Déjà employé sur des ponts, le TFC vient d’être utilisé sur des poutres dans un bâtiment du ministère de l’Agriculture.

SCHEMA général de la chaîne informatique du procédé Contacts.

PHOTO : le tissu de fibre de carbone, fourni en rouleau, résiste jusqu’à 1800 MPa

Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X