Actualité

Transports Milan instaure un péage urbain antipollution

Mots clés : Carburant - Politique des transports - Transports

Pour soulager son centre embouteillé et pollué par près de 600 000 voitures chaque jour, Milan a mis en place, le 2 janvier, un péage inédit en Italie. Il s’agit en fait d’une taxe, baptisée « Ecopass », modulée en fonction du niveau de pollution des véhicules. Concrètement, les véhicules les plus polluants et les plus anciens ainsi que les poids lourds doivent payer une taxe allant de 2 à 10 euros pour accéder aux 8 km2 du centre-ville en semaine de 7 h 30 à 19 h 30. Sont exemptés les véhicules mis en service après 2000 ainsi que les véhicules des services publics, les transports en commun, les deux-roues, les véhicules électriques ou roulant au GPL.

Pour Letizia Moratti, maire de Milan, « ce système vise à décourager l’usage de la voiture pour encourager celui des transports en commun ». Pour ce faire, la ville s’est équipée de 43 portiques électroniques d’accès au centre, munis de caméras de surveillance. Les contrevenants risquent une amende de 74 à 285 euros.

La municipalité estime que 40 000 véhicules devront s’acquitter d’un ticket journalier ou bien prendre un abonnement annuel. Cette taxe lui rapportera environ 24 millions d’euros par an, somme qui sera réinvestie dans les transports publics et les espaces verts.

Reste à savoir si la périphérie du centre historique pourra accueillir les milliers de voitures des banlieusards qui y travaillent.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Place aux véhicules verts à Berlin, Cologne et Hanovre

Certaines villes allemandes vont plus loin que Milan : depuis le 1er janvier, les voitures les plus polluantes ne peuvent plus du tout accéder aux centres-villes de Berlin, Cologne et Hanovre. Objectif : inciter les conducteurs à doter leurs véhicules de filtres à particules.

Concrètement, les voitures et camions ont reçu une vignette verte, jaune, ou rouge selon leur niveau de pollution. Les véhicules trop polluants ne peuvent obtenir aucune vignette et sont donc interdits d’accès. Les contrevenants sont passibles d’une amende de 40 euros et du retrait de 1 point sur leur permis. Une vingtaine de villes allemandes, dont Stuttgart et Munich, pourraient suivre courant 2008.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X