Actualité

TRANSPORT FLUVIAL VNF et les carriers unis pour pérenniser le fluvial

Mots clés : Béton - Transport fluvial - Transports

François Bordry, président de Voies navigables de France (VNF) et Dominique Hoestlandt, président de l’Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem), ont signé, le 10 mars, un accord-cadre pour promouvoir le trafic fluvial des granulats et des matériaux de construction. Objectif : maintenir à court terme le niveau actuel des tonnages transportés par voie d’eau par la mise en place de solutions logistiques nouvelles. Il s’agira ensuite, à l’horizon 2015 – lorsque Seine-Nord existera – d’accroître ce trafic. « Nous allons lancer des études sur les emplacements actuels des carrières, des ports, des plateformes logistiques afin de voir ceux qui sont pérennes, agrandissables… Ceci pour mettre à niveau les capacités d’accueil : linéaire de quais, capacité de stockage, possibilité d’évacuer et de recycler les pondéreux et les déchets, etc. Nous voulons aussi convaincre les élus de conserver à leurs berges des activités industrielles », explique Dominique Hoestlandt.

Avec plus de 500 millions de tonnes de matériaux de construction transportés chaque année (dont 350 à 400 millions de tonnes de granulats et 100 millions de tonnes de béton prêt à l’emploi), ce secteur représente 40 % de l’activité fret globale en France. Il est aussi, avec 40 % de son activité totale (50 % en Ile-de-France), le premier client du transport fluvial. Or, les tonnages confiés au fleuve ont été divisés par deux entre 1970 et 1995, alors que dans le même temps, la consommation de granulats augmentait de 50 % !

L’explication réside dans la décision d’interdire l’extraction de matériaux alluvionnaires, ce qui a contraint les carriers à s’éloigner toujours un peu plus pour exploiter des roches massives. En s’éloignant des carrières situées le long des fleuves, ils ont également renoncé à la logistique fluviale (pourtant moins chère) et adopté le mode routier. L’Unicem mène actuellement une étude sur ce sujet qui sera rendue publique, le 28 octobre prochain.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X