Régions Romainville-Bobigny

Top départ pour le centre de traitement des déchets

Mots clés : Gares, aéroports - Gestion des déchets - Monde du Travail

6 100 emplois supplémentaires dans la construction en Ile-de-France en 2017, en hausse de 2,3 % sur un an. Source : DGFIP.

3 Mds € seront consacrés à la modernisation des gares franciliennes d’ici à 2025.

Source : Ile-de-France Mobilités.

37 345 Nombre d’habitants en moins dans la capitale en cinq ans (entre 2010 et 2015).Source : Insee.

Le projet de reconstruction du centre de traitement des déchets ménagers de Romainville-Bobigny (Seine-Saint-Denis) a franchi une étape décisive. Actuellement, cette installation joue un triple rôle : centre de transfert d’ordures ménagères (capacité de 400 000 tonnes par an), centre de tri des collectes sélectives et déchetterie. A l’issue de la concertation préalable qui s’est déroulée du 4 juillet au 13 novembre 2017, le comité syndical du Syctom, agence métropolitaine des déchets ménagers, s’est prononcé le 21 décembre en faveur de la solution n° 2 de gestion des ordures ménagères (62 voix pour, une contre, une abstention). « Après cette concertation et ce vote, tout commence aujourd’hui », souligne Jacques Gautier, président du Syctom.

Bon pouvoir calorifique. Parmi les trois solutions envisagées pour traiter les ordures ménagères résiduelles (OMR), celle choisie consiste à réduire leur volume – 250 000 à 350 000 t/an réceptionnées – grâce à un procédé de séchage qui contracte de 30 % le volume des déchets par réduction des eaux. Stockées en balles, ces OMR sont dotées d’un bon pouvoir calorifique. « On dispose par ailleurs d’un produit stabilisé et sans odeur », précise Pierre Hirtzberger, directeur général des services techniques du Syctom.

Autorisant des perspectives souples de stockage, cette solution privilégiera le transport fluvial, via le canal de l’Ourcq, et optimisera les disponibilités des installations de valorisation énergétique du Syctom en Ile-de-France. La capacité de stockage est, au maximum, de 10 000 tonnes de balles. Elle permet à l’agence d’afficher un objectif de réduction de 50 % du flux des OMR aujourd’hui mis en décharge. « Cette solution fiable est un véritable soulagement, sachant que Romainville accueille des installations de traitement des déchets depuis 1905 », réagit sa maire, Corinne Valls.

Livraison en 2024. Outre la création d’un atelier de séchage, sont prévus une extension de la capacité de tri sélectif (passant de 45 000 à 60 000 t/an), la réception de biodéchets sur site (30 000 à 40 000 t/an), le maintien de l’activité déchetterie (15 000 à 20 000 t/an) et la création d’une ressourcerie. Suite au choix de l’opérateur pour la construction des nouvelles installations, l’enquête publique devrait se dérouler en 2019, et le chantier débuter en 2021, pour une livraison en 2024. Montant de l’investissement : entre 250 et 350 M€.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X