Régions

Tarn Le conseil général ne financera pas la LGV

>Le conseil général du Tarn a choisi de ne pas participer au financement de la ligne à grande vitesse Paris-Bordeaux-Toulouse. Alors que le conseil général évoque la nécessité de « financer en priorité l’amélioration coûteuse des voies ferrées Mazamet-Toulouse et Rodez-Toulouse », le président de région, Martin Malvy, précise que « la région n’a pas sollicité le concours des conseils généraux ou des agglomérations pour le financement des chantiers dont elle a pris l’initiative ».

Le plan Rail de la région Midi-Pyrénées, signé avec Réseau ferré de France, la SNCF et l’Etat s’élève à 820 millions d’euros – dont 500 millions provenant de la région – et prévoit, notamment d’ici 2013, le doublement de la voie Toulouse Saint-Sulpice pour 114 millions. « Cette deuxième voie, créée pour le croisement des trains, permettra une circulation de trains plus nombreux et plus rapides pour l’ensemble du quart Nord-Est de la région, explique le président de l’exécutif régional. Au total, l’ensemble des opérations permettant une amélioration des dessertes ferroviaires du département du Tarn se chiffre à 435 millions sans sollicitation des collectivités du département. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X