Expositions

Studio Mumbai : L’énergie du lieu

Mots clés : Architecture - Artisanat

Arc en rêve présente la démarche humaniste et collaborative de l’architecte indien Bijoy Jain, qui associe les savoir-faire des artisans du sous-continent indien avec une approche contemporaine. Une architecture qui se nourrit du réel et se distingue de la production internationale par la justesse et l’humanité de ses propositions.

C’est un atelier à ciel ouvert, une cour sous les cocotiers où sont entreposés différents matériaux de construction et où s’affairent artisans et architectes composant l’équipe de Bijoy Jain. Situé à Alibaug, dans une zone semi-rurale à deux heures de route de Bombay (Mumbai), cet espace de plein air est emblématique de l’esprit d’ouverture de Studio Mumbai. La vidéo qui accueille le visiteur à l’entrée de l’exposition d’Arc en rêve retrace bien son atmosphère, à la fois calme et industrieuse.

Intitulée « Studio Mumbai, between the sun and the moon », l’exposition fait référence à la double influence, indienne et occidentale, de Bijoy Jain, né en 1965. Diplômé de la Washington University de Saint-Louis aux États-Unis, il part travailler à Los Angeles (auprès de Richard Meier), puis à Londres entre 1989 et 1995, avant de retourner dans son pays et de fonder son studio-atelier en 2005. Dans son travail, il tente de synthétiser cette double culture, celle des savoir-faire constructifs traditionnels et celle de l’architecture contemporaine. « Il y a d’un côté le temps de Greenwich, mondialisé, très codifié, basé sur la course du soleil et que l’Inde a intégré à travers son histoire coloniale », explique-t-il dans une interview, « et de l’autre, le temps de la lune, basé sur les fluctuations de l’eau, des marées et des moussons, qui reste très prégnant dans notre société païenne ».

Harmonie et pragmatisme

De retour en Inde, il lui a fallu du temps pour digérer sa formation, et « abandonner la culture de l’architecte pour une culture très pratique de la fabrication des choses », au contact des artisans, charpentiers, maçons, électriciens, plombiers qui l’entourent. Ensuite, et dans un deuxième...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 239 du 11/02/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X