Marketing-Achat

Stratégies Industrielles Rendre l’écran indispensable

Mots clés : Gros oeuvre - Industriels du BTP - Produits et matériaux - Second oeuvre

Les industriels du secteur tentent d’imposer l’écran de sous-toiture comme un élément indispensable de la construction grâce à sa contribution à l’amélioration de la performance thermique des isolants.

Séduire toujours plus les couvreurs grâce à une grande polyvalence des produits et une mise en œuvre plus simple. Tel est l’objectif principal des industriels sur le marché des écrans de sous-toiture. Collant parfaitement aux objectifs du Grenelle de l’environnement notamment et ayant démontré son utilité lors de la tempête de 1999, l’écran de sous-toiture est un produit en vogue. Pourtant, dans le neuf, une grosse marge de progression existe.

Séduire les promoteurs-constructeurs

Daniel Esnault, couvreur en Loire- Atlantique, résume assez bien la situation : « Nous avons beaucoup de mal à mettre de l’écran de sous-toiture en neuf, notamment avec les constructeurs ou promoteurs. La raison est simple, c’est un produit qui ne se voit pas et qui ne donne pas de plus-value à la maison ». Un gros effort reste donc à faire du côté des industriels pour convaincre tout le monde de la nécessité de ce produit. Paul Merle, directeur commercial de Doerken France, pense d’ailleurs « qu’il devrait systématiquement s’en poser dans le neuf surtout suite au Grenelle de l’environnement et aux nouvelles réglementations thermiques ». Car aujourd’hui, la pose d’un écran de sous-toiture n’est pas obligatoire réglementairement. Jean-Luc Petis, conseiller technique chez Onduline, constate toutefois « une réelle demande des clients pour les produits respirant suite à la RT 2005 ». Paul Merle y ajoute toutefois un bémol en précisant que « aujourd’hui, en France, les couvreurs découvrent le plus souvent la réglementation thermique. Nous devons donc les accompagner pour voir l’intérêt de tous en multipliant les rencontres professionnelles avec les artisans par l’intermédiaire des négoces notamment ». Sur le terrain, en effet, ce manque d’information rejaillit parfois dans une confusion encore très souvent faite entre l’écran de sous-toiture et l’isolant mince réfléchissant.

Jean-Michel...

Vous lisez un article de la revue Negoce n° 290 du 20/01/2008
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X