Réalisation

Strasbourg. L’université se dote d’un campus vert et ouvert

Mots clés : Aménagements extérieurs - ERP sans hébergement

En donnant la priorité aux aménagements extérieurs, les concepteurs de l’opération Campus de Strasbourg ont inscrit le site universitaire des Trente Glorieuses dans la continuité des aménagements hérités de la période de l’annexion allemande.

D’un coût global de 372 millions d’euros, l’opération Campus – projet de longue haleine – affirme la nouvelle identité de l’université de Strasbourg. Elle s’appuie sur le patrimoine historique de l’université allemande (1870-1918) pour réinterpréter le campus de l’Esplanade, réalisé dans les années 1960, et y retrouver la même cohérence.

Continuité historique.

Autour d’un parc central de 13 ha, les bâtiments emblématiques vont être rénovés, et des constructions neuves seront déployées. Le cœur du campus, envahi par les voitures, nécessitait une transformation capable de bouleverser le cadre de vie de ses 35 000 étudiants, des usagers et des riverains, de l’ouvrir sur la ville et de renouveler son image dégradée. Le site universitaire s’inscrit historiquement dans un territoire façonné par les crues du Rhin et les fortifications de Vauban qui ont instauré un rapport particulier entre le minéral et le végétal : « Le savant et le sauvage, le géométrique et le spontané », se plaît à rappeler la conceptrice Agnès Daval. Ce rapport constitue un des fondements culturels du projet. D’espace naturel puis agricole ou militaire, le site trouvera au fil du temps sa vocation universitaire sous l’impulsion des...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 376 du 12/02/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X