Régions Montpellier

Stéphanie Jannin en partie relaxée

L’ancienne adjointe à l’urbanisme à la mairie de Montpellier et architecte était poursuivie pour avoir voté des subventions en faveur d’une association présidée par son conjoint et être intervenue dans un dossier lié à son ancienne agence d’architecture. Relaxée pour ce second chef d’accusation, elle a été condamnée à 5 000 euros d’amende pour prise illégale d’intérêt dans l’affaire des subventions.

Elle a retrouvé son poste de vice-présidente à la métropole à l’issue du verdict. Elle est désormais chargée du développement durable.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X