Régions

Somme 800 millions de francs de travaux programmés dans les collèges en cinq ans

Pour la première fois, le département a décidé de prévoir sur plusieurs années l’ensemble des travaux nécessaires dans les collèges : extension-réhabilitation, amélioration des conditions de travail, maintenance habituelle et mise aux nouvelles normes de sécurité. « Dans la mesure où nous devons revoir la sécurité, nous allons en profiter pour moderniser tous les aspects des lieux », affirme-t-on au conseil général. Bilan : 800 millions de francs à investir dans les cinq ans.

Cette année s’achève le chantier le plus important, l’unique collège neuf, construit à Péronne (97 millions de francs) d’après une conception de Pierre Bernard, tandis que doivent démarrer cinq gros chantiers d’extension. Le président Fernand Demilly privilégie établissements à taille humaine, accueillant au maximum 600 élèves. Si bien qu’un second collège neuf sera lancé l’an prochain à Abbeville où il fallait choisir entre un nouveau collège et la réhabilitation de l’ancien de 1 100 élèves, au risque d’accentuer les problèmes de circulation car il est contigu à un lycée très fréquenté. Un concours d’architectes devrait avoir lieu à l’automne prochain.

En revanche, à Amiens Nord où l’administration exige une construction neuve pour des raisons de sécurité, la querelle entre les collectivités territoriales et les riverains sur le choix de la localisation, retarde les travaux. Le conseil général attend les résultats de la commission chargée par le ministre de trancher sur ce point.

Programme d’extension-réhabilitation 1999/2000

– Gamaches : architecte Jacques Ferrier, appel d’offres en cours (75 millions de francs).

– Ham : architectes Lardoux-Ranson, appel d’offres en cours (53 millions de francs).

– Montdidier : architecte Pierre Bernard, appel d’offres en cours (40 millions de francs)

– Roisel : architecte Jean-Claude Lemonnier, appel d’offres à relancer (33 millions de francs)

– Roye (image de synthèse ci-dessus) : architectes Dufau-Brossi, appel d’offres relancé (25 millions de francs).

– Crécy-en-Ponthieu : sélection en cours (32 millions).

ENCADRE

La Somme revoit ses modalités de sélection

De longue date le conseil général de la Somme était fidèle aux appels d’offres par corps d’état séparés, en dépit de la lourdeur de la coordination des opérations avec une vingtaine de lots pour chaque collège. « Les élus y sont attachés mais. Même en déléguant la maîtrise d’ouvrage à la DDE, la réalisation reste délicate », souligne Gérard Hanon, le directeur des affaires scolaires et sportives.

Devant l’ampleur des travaux à effectuer, il veut accélérer les procédures et les simplifier. Première expérience, la maîtrise d’oeuvre de Roisel a été choisie sur référence « car il s’agissait d’une réhabilitation assez simple ». Pour les dossiers impliquant une réflexion globale sur le site, il pencherait plutôt pour un concours sur esquisse. Pour choisir les entreprises, le département est en quête d’un système de réalisation rapide et efficace. II pourrait tester les entreprises générales ou tout mode d’organisation innovant.

Une réforme des procédures s’impose d’autant plus vite que les appels d’offres se révèlent infructueux. « En gros oeuvre, il arrive même qu’on n’obtienne aucune réponse ; en second oeuvre, on récolte une ou deux sociétés et leurs prix sont très au-dessus du marché. » Pour les attirer, il a déjà mis en place une procédure de paiement accéléré pouvant aller jusqu’à 70 % du lot sans décompte détaillé. Dans le même esprit, avec les travaux publics, le conseil général a déjà rôdé un système de mandatement en moins d’un mois qui fonctionne bien.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X