Actualité

Social La représentativité syndicale en discussion

L’accord sur la modernisation du marché du travail à peine paraphé, les partenaires sociaux se sont retrouvés à la table des négociations jeudi 24 janvier pour débattre de l’avenir du syndicalisme. Le président de la FNTP, Patrick Bernasconi, missionné chef de file par le Medef, est chargé de tracer des pistes de réforme sur les critères de représentativité des syndicats, leur financement et le mode de validation des accords professionnels.

Actuellement, les cinq grandes centrales syndicales – CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC – n’ont pas à prouver leur représentativité. Enjeu de cette remise à plat : déverrouiller l’accès à la représentativité pour les autres, qui doivent aujourd’hui remplir cinq conditions, pour certaines devenues désuètes, comme par exemple l’attitude patriotique pendant l’Occupation.

Les partenaires sociaux se pencheront également sur les sources de financement des syndicats. Un projet de loi imposant aux organisations syndicales la production de comptes certifiés devrait d’ailleurs voir le jour en parallèle.

Les partenaires sociaux ont jusqu’au 31 mars pour trouver un modus vivendi.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X