Technique et chantier

SNCF L’avenir est à la modernisation du réseau classique

Mots clés : Collectivités locales - Politique des transports - Transport ferroviaire

Fini le temps du « tout-TGV », place aux investissements sur le réseau classique. Sans oublier le fret, éclairage sur quelques projets prioritaires.

Après des années de vaches maigres, le réseau grandes lignes (encore appelé « réseau classique ») de la SNCF va connaître les effets de la bienveillance budgétaire. En effet, en annonçant au début de l’année un effort de 120 milliards de francs pour le ferroviaire d’ici à 2010, le ministre de l’Equipement et des Transports, Jean-Claude Gayssot, a mis en avant que la modernisation des grandes lignes était l’une des trois priorités (estimée entre 35 et 45 milliards de francs sur dix ans) de l’action de RFF (Réseau ferré de France), de la SNCF et des collectivités locales. Cela, « afin d’améliorer la qualité des services offerts aux voyageurs et, en même temps, de développer le fret ferroviaire ».

Cette option devra même être analysée systématiquement, « à chaque fois qu’elle peut constituer une solution alternative ou temporaire intéressante à la création d’une infrastructure nouvelle ». En clair, si un investissement est réalisé dans le fret (par exemple le contournement de Lyon) ; il permet, dans le même temps, d’accroître les capacités des flux de voyageurs sur un réseau où les deux trafics alternaient précédemment.

Cette approche nouvelle relève d’une approche similaire à la vision du gouvernement pour les travaux routiers : accroître la part des travaux d’entretien, dont le contenu en emplois est plus riche que celui des travaux neufs, lourdement mécanisés.

Le contournement de Lyon, de Bourg-Bellegarde et les lignes bretonnes

Sans être exhaustif – les contrats de Plan en cours de négociation avec les collectivités locales veulent faire la part belle au fer – le ministère a dévoilé les projets suivants :

Le contournement de fret de Lyon : sur l’axe Nord-Sud, au niveau de Lyon, tous les trafics se mêlent (TER, TGV, grandes lignes, fret) occasionnant un goulot d’étranglement, faute de capacité. Le 18 septembre 1998, le ministère a demandé à RFF, en liaison avec la SNCF, la région Rhône-Alpes et la Courly (Communauté urbaine de Lyon), de préparer les éléments indispensables à une prise en compte, au prochain contrat Etat-région, des investissements nécessaires pour fluidifier le trafic dans l’agglomération (voir schéma). Il a, par ailleurs, décidé d’engager les études préalables à la DUP des aménagements du contournement de fret de Lyon.

L’électrification vosgienne : pour éviter une rupture de charge entre Nancy et les villes d’Epinal, de Saint-Dié ou de Remiremont, l’électrification des lignes vosgiennes permettra d’améliorer les liaisons de la région lorraine et de desservir par TGV les villes vosgiennes. Cette électrification concordera avec la mise en service du TGV est-européen. Son financement a fait l’objet d’un relevé de décision entre l’Etat et les collectivités territoriales concernées. La première tranche, d’un montant de 200 millions de francs sera engagée en 1999, afin de bénéficier des crédits du Feder disponibles (à quoi s’ajoutent 50 % de l’Etat). La deuxième tranche, d’un montant de 450 millions de francs, sera engagée en 2001, avec la clé de financement par RFF à hauteur de 100 millions de francs, par l’Etat (75 millions de francs) et par les collectivités (275 millions de francs).

L’amélioration des lignes bretonnes entre Rennes, Quimper et Brest : les décisions prises sur le prolongement du TGV Atlantique évoquent la prise en compte, lors du prochain contrat Etat-région, d’un programme d’amélioration des infrastructures afin d’améliorer les capacités de cette ligne.

La réouverture de la ligne Bourg-Bellegarde : l’aménagement de cette ligne devrait permettre sa réouverture. Ce qui mettra Genève à moins de trois heures de Paris. Par ailleurs, les Suisses sont disposés à participer financièrement à ce projet. Mais aussi, éventuellement, à deux ou à trois autres (dont un renforcement sur la ligne TGV) concernant les liaisons avec la France.

L’amélioration des capacités du noeud ferroviaire de Bordeaux : il s’agit de réaliser les améliorations de capacité nécessaires pour favoriser l’écoulement du trafic d’ores et déjà saturé, et de permettre son accroissement.

TRACE : Projet du contournement fret de Lyon

Parmi les projets les plus avancés, le contournement fret de Lyon devrait être

financé dans le prochain contrat de Plan Etat-région.

Vous êtes intéressé par le thème Droit de la construction ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X