Enjeux

Serfim joue dans la cour des ETI

Mots clés : Concurrence - Travaux publics

Le groupe de TP boucle deux rachats pour peser en Ile-de-France et se développer à l’international.

En rachetant deux entreprises au début de l’été, Guy Mathiolon, le P-DG du groupe de travaux publics Serfim, a fait coup double. « Ces acquisitions sont dans la ligne de notre plan stratégique Serfim 2025 sur deux points : être davantage présent en Ile-de-France, qui pèse 50 % de l’activité des TP, et organiser notre développement à l’international », indique-t-il.

Pour le groupe lyonnais, l’acquisition de l’entreprise Bentin (200 salariés) basée à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) remplit en tout point le premier objectif. Spécialisée dans les réseaux électriques, cette entreprise dispose de plusieurs agences en Ile-de-France, dont une à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Grâce à ces implantations, Serfim se trouvera au plus près des marchés du Grand Paris Express, des Jeux olympiques 2024, etc. Quant au rachat de l’entreprise Caratelli, implantée à Crolles, en Isère (70 salariés), il...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5942 du 29/09/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X