Régions

SEINE-SAINT-DENIS Le futur centre des Archives nationales sera construit à Pierrefitte

Mots clés : Concours d'architecture - Rénovation d'ouvrage - Services urbains - Transport collectif urbain

Livraison prévue du nouveau bâtiment en 2009

Quelque 320 kilomètres linéaires de stockage, 78 445 m2 de planchers, 119 millions d’euros. Ces chiffres donnent l’ampleur du projet que Jean-Jacques Aillagon, ministre de la Culture et de la Communication, vient de révéler pour la création du nouveau centre des Archives nationales, à Pierrefitte. Objectif du ministre : répondre à « la saturation et à l’état de misère et d’indignité des Archives nationales » des deux centres nationaux franciliens existants : le centre historique des Archives nationales situé à Paris dans le Marais [Hôtel de Soubise, Hôtel de Rohan, les Grands Dépôts et le Caran (1)], et le centre des Archives contemporaines situé à Fontainebleau (pour son extension dans des hangars).

Accueillir la mémoire de la France

En clair, il y a urgence. L’état de délabrement de certains bâtiments et les mauvaises conditions de stockage des archives menacent « l’une des plus anciennes fonctions régaliennes de l’Etat et constituent un obstacle à la recherche historique », remar- que Jean-Jacques Aillagon. Le gouvernement a donc établi un plan pour sortir les Archives nationales de ce péril. Le dispositif comprend tout d’abord la création d’un bâtiment à Pierrefitte selon le calendrier suivant : 2004, définition du programme et lancement du concours d’architecture ; printemps 2005, choix de l’équipe lauréate, 2008-2009, livraison. Il collectera les archives résultant de l’activité des administrations centrales de la France depuis 1790 jusqu’à 2040. Le plan prévoit également la rénovation du site parisien du Marais qui sera engagée à partir de 2009. Cette réalisation est aujourd’hui estimée à 100 millions d’euros.

Accessibilité

Concernant Pierrefitte, le site choisi (2), au coeur de la zone des Tartres, présente de nombreux atouts : sa desserte par la ligne 13 (la station Saint-Denis Université est à 5 mn à pied) et la présence de l’université Paris 8. L’une des ambitions de cet équipement est aussi d’accueillir plusieurs centaines de lecteurs par jour, y compris des citoyens à la recherche de preuves permettant d’établir leurs droits… « Il fallait un site proche de Paris et très accessible », commente Jean-Jacques Aillagon, qui a écarté le site de Fontainebleau, un temps envisagé.

(1) Caran : Centre d’accueil et de recherches des Archives nationales. (2) La Compagnie immobilière de la région parisienne (filiale de la Caisse des dépôts) est propriétaire du terrain.

PHOTO : Le centre des Archives nationales sera construit sur un terrain de 4 ha dans la zone des Tartres. Ce secteur de 40 ha, aux franges des communes de Pierrefitte, Stains et Saint-Denis, présente de véritables potentialités foncières et paysagères au coeur d’un milieu urbain dense.

ENCADRE

Un site encore mieux desservi à l'avenir

Les élus de la communauté d’agglomération Plaine Commune espèrent que l’implantation du centre des Archives nationales va accélérer la desserte du site. Outre la réalisation du TCSP sur la RN1 (tramway sur pneus Saint-Denis/Sarcelles), dont la mise en service est prévue en 2007-2008, ils attendent surtout une amélioration des conditions de transport sur la ligne 13. Celle-ci passe par un dédoublement de la ligne grâce à la construction d’un tunnel entre la gare Saint-Lazare et la Fourche, Météor empruntant alors l’une des deux branches, soit vers Saint-Denis Université, soit vers Asnières Gennevilliers, les rames de la ligne 13 continuant à circuler dans l’autre branche. Egalement en projet, le prolongement de la RD28 pour relier les sites universitaires de Paris 8 et de Paris 13 avec l’aménagement d’un couloir de bus en site propre.

Par ailleurs, la communauté d’agglomération a lancé un marché de définition portant sur la composition urbaine, architecturale et paysagère du « site des Tartres élargi » (110 ha). Le cahier des charges intègre le projet de centre des Archives. Les équipes pluridisciplinaires devaient déposer leur candidature au plus tard le 15 mars. Trois d’entre elles seront retenues.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X